•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Centre de services à l’emploi de Prescott-Russell mise sur les travailleurs étrangers

Un homme regarde la caméra en se tenant debout aux côtés d'un ouvrier qui manipule une porte en verre.

Le président de Dalmen, Dominic Alary (à droite), cherche actuellement à pourvoir une quinzaine de postes.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Denis Babin

Le Centre de services à l'emploi de Prescott-Russell (CSEPR) a décidé de jouer un rôle plus actif dans le soutien et l'accompagnement des entreprises qui désirent recruter de la main-d'œuvre étrangère.

L'organisme, qui accompagne autant les employeurs que les chercheurs d'emplois, a convié quelque 80 personnes à une séance d'information sur le recrutement international, mardi, à Hawkesbury.

Nous [au CSEPR] on veut se faire le pont entre [les] programmes fédéraux et provinciaux qui visent à aider des travailleurs à l’étranger à venir occuper ou combler des postes en permanence ou de façon temporaire ici au Canada, a expliqué la directrice générale du CSEPR, Caroline Arcand.

À l’heure actuelle, le CSEPR, qui dessert le territoire des Comtés unis de Prescott et Russell, dénombre quelque 400 postes à pourvoir dans sa base de données.

Le problème, il est sérieux. Je vous dirais que si on n'arrive pas à trouver des solutions [à court ou moyen terme] ça [pourrait] être catastrophique pour certaines entreprises, croit Mme Arcand.

À St-Isidore, le fabricant de portes et de fenêtres Dalmen fait partie des entreprises présentement en mode recherche.

Depuis au moins quatre ou cinq ans, il nous manque environ, durant la saison forte [entre les mois de mai et de novembre] 15 employés pour être capable de suffire à la demande, a raconté le président de l'entreprise, Dominic Alary.

Au fil des ans, le fabricant a introduit des techniques de production modernes afin de demeurer compétitif. Malgré tout, M. Alary craint que les difficultés à pourvoir les postes laissés vacants nuisent éventuellement à la croissance de son entreprise.

[Cette pénurie de main-d’oeuvre] ça […] restreint […] la croissance de l’entreprise. [L’un] des plus gros défis, c’est d’avoir assez d’employés tous les jours pour être capable de faire toutes les commandes que la clientèle nous demande, a-t-il raconté.

Le fédéral a l’intention de donner un coup de pouce aux entreprises comme Dalmen. Un projet pilote pour accroître l'immigration au sein des communautés rurales, similaire à celui lancé en janvier dernier à Sudbury, doit bientôt être annoncé.

La formule gagnante, c'est de rendre la vie facile à l'immigrant potentiel [qui vient] s'installer au Canada. Alors, oui, on a un emploi. Oui, on va être capable de te trouver un hébergement. […] Plus on les entoure, plus la formule va être gagnante, a indiqué le député fédéral de Glengarry—Prescott—Russell, Francis Drouin.

La directrice générale du CSEPR espère que l’orientation privilégiée par son organisme sera bien accueillie par les employeurs de la région.

Il y a des travailleurs […] de qualité qui sont disponibles pour venir travailler dans [les] entreprises. Alors, pourquoi ne pas prendre avantage de ça? a conclu Mme Arcand, qui participera à un forum sur la mobilité organisé par l’ambassade du Canada à Paris l’automne prochain.

Ottawa-Gatineau

Économie