•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Tunisiens paient 9000 $ pour passer une entrevue d'embauche au Québec

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un couloir d'hôpital (Archives)

Infirmières et préposées au soins dans un hôpital.

Photo : Radio-Canada

Un sous-traitant d'une firme embauchée par le CISSS de Chaudière-Appalaches pour une mission de recrutement de 36 préposés aux bénéficiaires en Tunisie réclamait 9000 $ aux candidats pour obtenir le droit de passer une entrevue de sélection. Une pratique inacceptable, que le CISSS a décidé de dévoiler pour qu'elle serve de mise en garde.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches voulait trouver en Tunisie une solution à la pénurie de préposés aux bénéficiaires.

Début mars, 36 préposés ont été recrutés lors d'une mission dans la capitale, Tunis. Or, ces derniers jours, le CISSS a appris qu’un intermédiaire facturait des milliers de dollars aux candidats pour obtenir une entrevue de sélection.

C'est un sous-traitant de la firme Cozy Immigration Multiservices, choisie par le CISSS pour organiser le recrutement, qui serait en faute.

« On [l’intermédiaire] a demandé 9000 $ à tous les candidats », affirme Julie Gauthier, coordonnatrice à la dotation du CISSS de Chaudière-Appalaches.

Dans une mise en demeure envoyée lundi, le CISSS demande à la firme responsable du recrutement d'agir rapidement pour réparer le préjudice causé.

On lui demande que la situation soit corrigée dans les 15 jours, que les candidats soient remboursés.

Julie Gauthier, coordonnatrice à la dotation du CISSS de Chaudière-Appalaches

Le CISSS ne connaissait pas l'existence du sous-traitant embauché par le recruteur.

« La plupart des candidats ont payé un premier versement de 3000 $ », reconnaît Mme Gauthier.

Elle précise que le CISSS ne facture aucuns frais aux candidats choisis pour travailler au Québec. « On paie les demandes de permis de travail. Les Tunisiens choisis doivent payer leur billet d'avion », précise Mme Gauthier.

Mis au courant de l'anomalie vendredi, le CISSS a avisé les candidats qu'il allait corriger la situation. « C'est beaucoup d'argent pour nous, donc imaginez ce que ça représente pour ces gens-là », affirme Mireille Gaudreau, relationniste du CISSS.

Malgré ces déboires, les contrats de travail signés entre le CISSS et les 36 Tunisiens choisis restent valides. Leur formation répond aux exigences du CISSS de Chaudière-Appalaches. Plusieurs auraient même des formations d'infirmiers.

Les besoins de main-d'œuvre sont criants; des dizaines de postes de préposés aux bénéficiaires sont disponibles dans cette région, notamment dans les CHSLD.

Les premiers préposés recrutés en Tunisie sont attendus en novembre. Ils auront un permis de travail temporaire de deux ans.

« On souhaite qu'ils arrivent tous ensemble pour en faire un événement », dit Mme Gauthier. Elle et son équipe avaient adoré leur aventure tunisienne. Ils sont un peu déçus de la tournure des événements.

Je les aime déjà et je les ai déjà adoptés. Je me dis : ça ne se peut pas que ça ait viré au cauchemar comme ça!

Julie Gauthier, coordonnatrice à la dotation du CISSS de Chaudière-Appalaches

Le CISSS en était à ses premières armes dans ce genre d'entreprise de recrutement à l'étranger. L'établissement a décidé de faire preuve de transparence pour que cette affaire serve de leçon. « On veut en profiter pour dire aux autres organisations qui veulent recruter à l'étranger : soyez prudents! »

De son côté, la propriétaire de Cozy Immigration Multiservices, Nathalie Noël, nous a écrit : « Dès que nous pris connaissance de ces allégations, Cozy Immigration Multiservices a rompu le lien contractuel avec le recruteur et lui a acheminé une mise en demeure. Ces gestes, s’ils sont avérés, sont non seulement inacceptables, mais ils sont en totale rupture avec nos pratiques, nos valeurs et nos principes éthiques. Nous prenons les dispositions nécessaires pour honorer notre contrat avec le CISSS Chaudière-Appalaches ».

La firme de recrutement de Lac-Beauport avait obtenu le contrat de service par appel d’offres d'un montant de 140 000 $ par année pour deux ans. Aucune somme n’a encore été versée par le CISSS, mentionne-t-on.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !