•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bilinguisme est-il seulement l’affaire des francophones?

Des élèves en immersion française

Des élèves en immersion française

Photo : Canadian Parents for rench

Radio-Canada

Les nombreux recensements le confirment tous : ce sont les Acadiens qui sont les plus bilingues au Nouveau-Brunswick. Environ les trois quarts des francophones parlent couramment le français et l'anglais, alors que seuls 15 % des anglophones peuvent s'exprimer dans la langue de Molière.

Le président de la Société de l’Acadie au Nouveau-Brunswick (SANB), Robert Melanson, est sans appel : l’état du bilinguisme chez les anglophones de la province est déplorable.

Ce n'est pas normal qu'au Nouveau-Brunswick, il y ait juste à peu près 10, 15 % de la population anglophone qui soit bilingue alors qu'en Angleterre, qui n'est pas bilingue, ils ont 30 % de leur population, compare M. Melanson.

Robert Melanson en entrevueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« Je trouve que c’est une très bonne nouvelle », affirme Robert Melanson, président de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Statistique Canada a publié lundi des données sur l'état du français en Atlantique au cours des 15 dernières années. Les résultats sont tirés des derniers recensements.

C’est très fragile quand on sait que plus de 100 000 Acadiens ont plus de 50 ans.

Robert Melanson, président de la SANB

La stagnation du bilinguisme illustre tristement le déclin relatif du français dans la seule province officiellement bilingue au pays, affirme le président de la SANB. Pour contrecarrer le déclin linguistique, il souhaite voir les francophones prendre en main le dossier de l’immigration.

On a la dualité en santé, en éducation, mais ça nous prend la dualité en immigration, martèle Robert Melanson.

Si on ne fait rien tout de suite, on va être devant la catastrophe dans 25 ans.

Bilinguisme et éducation

Peut-être le seul outil efficace pour favoriser le bilinguisme, le programme d’immersion française dans les écoles de langue anglaise a subi des bouleversements sous les gouvernements successifs, ces dernières années.

Je crois qu’il faut un changement dans la culture pour que ça devienne important d’apprendre une langue, comme c’est important d’apprendre les mathématiques, croit un porte-parole de Canadian Parents for French, Robert Bernier.

Je crois que ce n’est pas important pour les anglophones de devenir bilingue. C’est plus important pour les francophones.

Robert Bernier, Canadian Parents for French
Robert Bernier.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Robert Bernier, directeur de Canadian Parents for French au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Il faut toutefois souligner qu'environ 40 % des enfants qui vont intégrer la première année dans le système scolaire anglophone cet automne sont inscrits en immersion française.

Robert Bernier soupçonne que plusieurs anciens élèves en immersion française manquent de confiance pour s'exprimer dans leur deuxième langue. Selon lui, ils hésitent à se définir bilingues quand vient le temps de répondre au recensement.

On n’aura jamais 100 % de la population qui va être bilingue, mais on pourrait certainement faire mieux que 15 %, estime M. Bernier.

Il considère comme un véritable atout que le taux de bilinguisme atteigne 34 % au Nouveau-Brunswick.

Avec les informations de Michel Nogue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !