•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manque d'infirmières dans les blocs opératoires : le CISSS-AT tient à rassurer la population

Le pavillon Gabrielle-Laramée du centre hospitalier de Rouyn-Noranda en hiver.

Le pavillon Gabrielle-Laramée du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue. (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Jean-Marc Belzile

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue tient à rassurer la population concernant le manque de personnel infirmier dans les blocs opératoires de la région.

L'organisation assure que toutes les chirurgies urgentes et semi-urgentes ont lieu comme prévu.

Les chirurgies non urgentes, qu'on appelle électives, peuvent par contre être retardées en raison du manque de personnel infirmier.

Le CISSS-AT réagit ainsi au fait que plusieurs chirurgies ont été retardées à Amos et à Val-d'Or.

La présidente-directrice générale adjointe du CISSS-AT, Caroline Roy, assure que son organisation respecte tout de même toutes les cibles du ministère de la Santé concernant les délais d'attente pour obtenir une chirurgie.

Pour l'ensemble de nos blocs opératoires dans la région, on a une situation précaire de nos ressources. La situation qui, pour nous, est la plus préoccupante, c'est concernant le bloc opératoire à Amos, parce qu'Amos est aussi notre centre régional au niveau de la traumatologie, donc avec cette vocation régionale, c'est le centre où il y a le plus de salles opératoires en opération, où il se fait le plus de production aussi au niveau des chirurgies. Alors on doit s'assurer de maintenir un volume plus important que dans nos autres blocs opératoires. Il est vrai que notre situation de ressources, elle est précaire dans les autres blocs, mais par contre, moins préoccupante pour nous, précise-t-elle.

Abitibi–Témiscamingue

Établissement de santé