•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants ontariens veulent favoriser la santé mentale des élèves

Un jeune adulte recroquevillé sur lui-même, seul devant un grand mur grisâtre.

L'Association canadienne pour la santé mentale estime que seulement 20 % des jeunes touchés par la maladie mentale recevront un traitement approprié (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Chaque année, au moins un élève sur cinq souffre d'un problème de santé mentale au Canada. Pour cette raison, l'Ordre des enseignantes et des enseignants de l'Ontario (OEEO) parcourra la province au cours des prochaines semaines pour prodiguer des conseils à ses 235 000 membres afin de les aider à reconnaître les jeunes à risque.

L'OEEO recommande aux enseignants de porter une attention particulière aux signes annonciateurs d'un possible trouble mental, comme une baisse des résultats scolaires, des excès de colère, de même que des troubles de toxicomanie et d'abus d'alcool.

On ne demande pas aux enseignants de devenir des experts en santé mentale, de diagnostiquer des maladies mentales, mais ils ont un rôle essentiel pour promouvoir la bonne santé mentale des élèves au quotidien, souligne Chantale Wade, leader en santé mentale au Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario (CEPEO).

Ça vient donner des pistes de réflexion qu’on va pouvoir intégrer dans notre travail.

Chantale Wade, leader en santé mentale au CEPEO

L’Ordre suggère aussi d'être à l'affut des comportements excessifs qui persistent pendant de longues périodes, tout en évitant de stigmatiser la maladie mentale.

L'OEEO affirme, en citant des chiffres de l'Association canadienne pour la santé mentale, qu'environ 1,2 million d'enfants et de jeunes au pays souffrent d'une maladie mentale. De ce nombre, seulement 20 % recevront un traitement approprié, ajoute l'Ordre.

Toujours selon la même source, 70 % des problèmes de santé mentale se manifestent durant l’enfance ou l’adolescence et le suicide est la deuxième cause de décès chez les adolescents.

Après s'être arrêtée à Toronto et à Ottawa, la tournée de l'Ordre des enseignantes et des enseignants de l'Ontario se poursuivra à Kingston, Hamilton, Windsor, Sudbury et Thunder Bay.

Avec les informations de Gilles Taillon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !