•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Apollo quittera le quai de Matane vendredi

Le navire Apollo amarré au quai de Matane
Le navire Apollo au quai de Matane après que la STQ a décidé de le mettre au rancart. Photo: Radio-Canada / Jean-François Deschênes
Michel-Félix Tremblay

Le vieux traversier, acquis récemment pour la traverse entre Matane et la Côte-Nord, amorcera l'un de ses derniers voyages vendredi, à destination de Québec, en attendant que la Société des traversiers (STQ) réussisse à s'en départir.

Transports Canada a autorisé le navire à naviguer par ses propres moyens.

La STQ devra cependant s'assurer que les vagues ne dépassent pas deux mètres, qu'aucun passager ne soit à bord à part l'équipage et que certaines réparations aient lieu avant le départ.

Le transit vers Québec est prévu pour le vendredi 29 mars, advenant des conditions météorologiques favorables.

Simon Rivet, conseiller relations avec les médias, Transport Canada,

Au cours des derniers jours, l'équipage de l'Apollo a sorti du navire ce qui pouvait être réutilisé, comme des matelas et des équipements de cuisine.

L'Apollo ira s'amarrer au quai de la STQ dans le vieux port de Québec, mais ne devrait pas y demeurer trop longtemps.

On a plusieurs navires qui doivent prendre cette place, notre quai est utilisé pour toutes sortes d'opérations sur le reste de notre flotte.

Alexandre Lavoie, porte-parole, Société des traversiers du Québec

La Société des traversiers entend prendre une décision quant à l'avenir du traversier au cours des prochaines semaines. Le navire sera vraisemblablement destiné à la ferraille.

En entrevue, la semaine dernière, le PDG de la STQ, Stéphane Lafaut convenait qu'il faudrait sans doute payer pour se débarrasser de l'Apollo, comme ce fût le cas pour le Camille-Marcoux, en raison de la présence d'amiante à l'intérieur.

Est-ce qu'il y a des opérations qu'on doit et [qu'on] peut faire chez nous? Possiblement, mais il n'y a aucune décision définitive qui a été prise.

Alexandre Lavoie, porte-parole, Société des traversiers du Québec

Rappelons que l'Apollo a déjà coûté 3,5 millions de dollars aux contribuables pour 17 jours de navigation. Il a été acheté alors que la STQ cherchait d'urgence un navire pour remplacer le F.-A.-Gauthier sur lequel des travaux ont toujours lieu pour réparer les propulseurs azimutaux qui posent problème.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Transports