•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tracadie souhaite éradiquer le glyphosate de son territoire

Des bouteilles du désherbant glyphosate
Le possible aspect cancérigène du glyphosate inquiète les résidents de Tracadie. Photo: Reuters / Yves Herman
Radio-Canada

L'accalmie au conseil municipal de Tracadie ouvre enfin la porte à d'autres enjeux. La municipalité se penche sur un règlement pour interdire l'épandage de pesticides comme le glyphosate sur son territoire, une première dans le nord-est du Nouveau-Brunswick.

Il n'y a pas de précédent, affirme le maire de Tracadie, Denis Losier. Je pense que se positionner, aller de l'avant pour la rédaction d'un arrêté, c'est déjà quelque chose de concluant.

Les citoyens présents au conseil ont à coeur la sécurité alimentaire. Les pesticides à base de glyphosate, dont le plus connu est le Roundup développé par la multinationale Monsanto, font les manchettes depuis des décennies.

Comment est-ce qu'on a pu être cave, cave d'accepter des poisons dans notre nourriture, s’est exclamé un citoyen au microphone du conseil.

Le conseil municipal a adopté une motion lundi pour que la Ville écrive un règlement interdisant l’épandage de glyphosate. Le règlement devra être à son tour approuvé au conseil. La Ville n’a pas encore déterminé si elle fera appel à un employé ou un consultant externe pour écrire le règlement, un dossier prioritaire, assure le maire Losier.

Denis Losier le 24 février 2019.Denis Losier, maire de Tracadie. Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Les gens de Tracadie souhaitent ainsi créer un effet boule de neige avec l’initiative locale.

Quand tu es tout seul, ça va coûter cher, mais si tout le monde se joint ensemble, on va faire un front commun, croit un autre citoyen.

Le glyphosate peut être utilisé sans danger, selon les experts d’Ottawa

La ministre de la Santé du Canada, Ginette Petitpas-Taylor, reconnaît que la population peut être inquiète au sujet de ce produit chimique, mais elle se fait rassurante après avoir consulté les experts de son ministère.

[...] l’année passée, j’ai demandé à 20 de nos meilleurs scientifiques à Santé Canada de faire une révision de toutes les études qui ont été faites à propos du glyphosate. Je veux m’assurer que les décisions que nous [prenons] sont basées sur la science. [...]. Leur recommandation a été que si le glyphosate est utilisé, si on suit [le mode d’emploi], il n’y a aucun danger, explique la ministre Petitpas-Taylor.

Elle respecte la volonté des résidents de Tracadie qui s'opposent malgré tout à ce produit.

Avec la région de Tracadie, s’ils choisissent qu’ils ne veulent pas utiliser le glyphosate, c’est complètement leur décision, ajoute-t-elle.

Le glyphosate au Nouveau-Brunswick

En 2018, la province avait refusé de délivrer un permis d’épandage de glyphosate à la société J.D. Irving dans le secteur du bassin versant de Turtle Creek, la réserve d’eau potable de la région du Grand Moncton.

J.D. Irving emploie l’herbicide pour éliminer les arbres à bois dur comme l’érable et le chêne, et ainsi favoriser la croissance des arbres à bois mous utilisés dans les usines de pâtes et papiers. Énergie NB emploie le glyphosate pour limiter la croissance des feuillus le long des lignes électriques.

Le glyphosate est utilisé par Énergie NB et par l'industrie forestière au Nouveau-Brunswick (Archives).  Le glyphosate est utilisé par Énergie NB et par l'industrie forestière au Nouveau-Brunswick (Archives) Photo : Radio-Canada / CBC

Plus de 100 000 litres de glyphosate sont épandus sur les forêts du Nouveau-Brunswick chaque année.

Le glyphosate est l'herbicide le plus utilisé au monde. Il est considéré comme un « cancérogène probable », selon une agence de l'Organisation mondiale de la santé. En janvier, Santé Canada a maintenu l’approbation du controversé pesticide, au grand dam des environnementalistes.

En août 2018, un verdict historique a conclu qu’il y avait un lien entre le cancer d’un jardinier américain et deux herbicides à base de glyphosate fabriqués par Monsanto, le Roundup et le Ranger Pro. Dewayne « Lee » Johnson s’est alors vu accorder plus de 78 millions de dollars américains.

Avec les informations d’Alix Villeneuve

Nouveau-Brunswick

Industrie forestière