•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La canicule de l'été 2018 a tué 15 personnes en Estrie

Deux personnes se reposent sous un arbre dans un parc.
La chaleur a causé 15 décès en Estrie au cours de l'été 2018. Photo: La Presse canadienne / Graham Hughes
Radio-Canada

Ce sont finalement 15 personnes qui sont mortes d'un trouble de santé lié à la chaleur l'été dernier lors de la canicule. C'est ce qui ressort des analyses de la Direction de santé publique présentées mardi.

Au plus fort de la canicule de l'été 2018, la Santé publique avait annoncé qu'au « moins neuf personnes étaient mortes » de raisons liées à la chaleur.

Au cours de la période de chaleur extrême, 130 personnes sont décédées en Estrie toutes causes confondues. Tous les dossiers ont été analysés. Il en ressort que toutes les personnes décédées avaient déjà un problème de santé (maladie cardiaque ou respiratoire, trouble psychiatrique, diabète, hypertension).

Tous les décès ont eu lieu en communauté, c'est-à-dire en dehors des hôpitaux. Toutefois, trois personnes sont mortes en résidence pour personnes âgées. Deux d'entre elles sont mortes en résidences privées. L'autre était en CHSLD, souligne la directrice de Santé publique en Estrie, Dre Mélissa Généreux.

Aussi, la Santé publique a répertorié que 64 personnes avaient connu un trouble de santé lié à la chaleur. De ce nombre, on compte 14 travailleurs. Ce sont surtout des travailleurs en milieu intérieur ; des travailleurs d'usine, d'hôtel, de camion de transport. Ça nous interpelle et ça va orienter la manière de faire la prévention pour les prochaines années, soutient Dre Généreux.

On doit apprendre de ça. On doit s'améliorer. Tout le monde est concerné. La question n'est pas de savoir si ça va arriver encore, mais de savoir quand ça va arriver. Ça pourrait être l'été prochain comme dans deux ou trois ans. On n'aurait pas de bonnes raisons de ne pas être meilleurs.

Dre Mélissa Généreux

Entre autres exemples, la Santé publique souhaite mieux s'arrimer avec les services municipaux. On voit qu'il y a beaucoup de décès en îlot de chaleur. Est-ce qu'on est en mesure de mieux identifier les blocs appartements qui sont situés en îlot de chaleur, en zone plus défavorisée où les gens ont moins accès à l'air climatisé, explique-t-elle.

Selon les données présentées, la moitié de tous les événements (décès et troubles de santé) se sont produits dans un îlot de chaleur.

Estrie

Conditions météorologiques