•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Propos de Lynne Shand sur l'islam : une plainte déposée devant la Commission municipale

Lynne Shand dans les studios de Radio-Canada.

La conseillère d'Anjou Lynne Shand a suscité la controverse avec ses propos sur l'islam.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Critiquant les « propos xénophobes » de la conseillère d'arrondissement dans Anjou Lynne Shand, la présidente du conseil municipal de Montréal, Cathy Wong, a déposé une plainte officielle devant la Commission municipale.

Mme Wong a indiqué mardi sur sa page Facebook qu'elle entreprenait cette démarche « en tant que présidente du conseil municipal et conseillère de ville, mais avant tout, comme citoyenne montréalaise, car ses propos sont inexcusables ».

Lynne Shand, membre du parti Équipe Anjou du maire d’arrondissement Luis Miranda, a dû s’excuser pour des propos publiés au cours du week-end sur Facebook, dans lesquels elle s'insurgeait d'avoir passé un examen ophtalmologique réalisé par une femme portant un voile, preuve selon elle de « l'islamisation de Montréal » et « de notre pays ».

« Son statut Facebook est d’autant plus choquant qu’il a été publié à une dizaine de jours des attentats à Christchurch et un mois après avoir souligné à l'Hôtel de Ville de Montréal le tragique attentat à Québec contre des mosquées », a déploré Mme Wong.

Lorsqu’une élue politique exprime des propos haineux sur une femme musulmane, elle attaque non seulement les femmes et les communautés musulmanes, mais aussi l’ensemble des habitants de Montréal qui travaillent en faveur d’un meilleur vivre-ensemble.

Cathy Wong, présidente du conseil municipal

« La conseillère porte atteinte à l’image des élus, non seulement d’Anjou, mais de toute notre ville », ajoute-t-elle, invoquant les responsabilités publiques des élus et le Code d'éthique des membres du conseil municipal.

Mme Wong précise que 10 % de la population d’Anjou, où Mme Shand a été élue, est de confession musulmane.

Elle affirme en outre que des Montréalais se sont rendus à l’hôtel de ville « pour exprimer leur indignation ».

La mairesse Plante veut consulter le conseiller à l’éthique

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, veut pour sa part obtenir l'avis du conseiller à l'éthique de la Ville.

« Il faut pouvoir non seulement s'excuser, mais aussi s'assurer que les élus comprennent la responsabilité qu'ils ont lorsqu'ils ont une tribune particulière comme élus », a-t-elle déclaré en marge du conseil municipal, lundi soir.

Lorsqu'on véhicule des préjugés ou des commentaires qui peuvent mener à de la haine, pour nous, c'est inacceptable.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Le conseiller à l’éthique, Marc Lalonde, a toutefois précisé à Radio-Canada les limites de son mandat, estimant que les enquêtes sur des élus ne relevaient pas de lui.

« S'il y a des individus, incluant les membres du conseil, qui ont des plaintes à faire sur d'autres membres du conseil, le forum approprié c'est la Commission municipale du Québec, qui a le mandat de faire des enquêtes en éthique et déontologie », a-t-il dit.

L’administration Plante insiste toutefois sur le fait qu’elle ne demande pas une enquête, mais simplement un avis.

Lynne Shand a écrit sur sa page Facebook qu’elle avait subi un examen ophtalmologique d’urgence par une médecin voilée.

Le maire d’Anjou Luis Miranda s’est dissocié des propos de son élue, ajoutant qu’il discuterait avec elle au cours de la semaine.

Avec des informations de Benoît Chapdelaine

Grand Montréal

Politique municipale