•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trans Mountain : les discussions vont bon train avec les Premières Nations

Portrait d'un homme brun, chemise blanche et cravate, parlant avec ses mains à une femme en premier plan, de dos et flou.
Une semaine après le dépôt du budget fédéral, le ministre Bill Morneau a fait une mise à jour sur les discussions en cours avec les Premières Nations au sujet de Trans Mountain. Photo: The Canadian Press / Jeff McIntosh
Radio-Canada

Le ministre fédéral des finances, Bill Morneau, a confirmé lundi, à Calgary, que le gouvernement était en pleine consultation avec les Premières Nations au sujet de leur engagement dans le projet Trans Mountain.

Le ministre des Finances a expliqué que les discussions portaient surtout sur l’équité et le partage des revenus qui seront générés par l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain.

Le gouvernement en est toujours à la phase des consultations, ce qui ne garantit pas la participation des Premières Nations au projet, a toutefois précisé le ministre.

Les discussions en cours s’assurent que les communautés autochtones concernées par Trans Mountain puissent en tirer des revenus qui leur conviennent, selon lui.

Quatre principes directeurs

Parmi les principes directeurs, le ministre des Finances a ajouté que le gouvernement avait investi dans le projet au bénéfice de tous les Canadiens.

Le pipeline pourrait aider le développement économique des communautés autochtones touchées par le projet, toujours dans un esprit de réconciliation, a souligné Bill Morneau.

Il a également réaffirmé sa volonté de privatiser le projet d’oléoduc, racheté par Ottawa, l’été dernier.

Le ministre a précisé que ce dernier sera construit et exploité de façon commerciale.

Pas de calendrier sur un possible rachat privé

Bill Morneau a réaffirmé la position du gouvernement qui s’est engagé à acheter l’oléoduc pour absorber les risques qui freinent le secteur privé.

Notre fonction dans le projet est de retirer les risques et, une fois que le projet sera exempt de risques, nous anticipons son potentiel de redevenir une propriété commerciale.

Bill Morneau, ministre des Finances

Aucune échéance d'élimination de risques n’a été avancée. Le gouvernement devra poursuivre une troisième étape de consultations avant de prendre la moindre décision.

Des réactions variées

Le président du Conseil des ressources autochtones du Canada, Stephen Buffalo, est ambivalent par rapport à l’annonce faite par Bill Morneau, une semaine après le dépôt du budget fédéral.

Il souhaiterait savoir qui exactement intervient dans les hautes sphères décisionnelles du projet.

J'ai des doutes au sujet des personnes qu'il [le gouvernement] consulte, avec qui il parle. Je pense que c’est important de continuer à rechercher un équilibre.

Stephen Buffalo, président du Conseil des ressources autochtones du Canada
Des manifestants brandissant des pancartes et un homme avec un porte-voix en premier planAu même moment, des centaines de manifestants se sont réunis à Calgary pour protester contre le projet de loi C-69 qui vise à renforcer la protection de l'environnement. Photo : The Canadian Press / Jeff McIntosh

Des centaines de manifestants propipeline se sont réunis à l’extérieur de la conférence de presse du ministre des Finances, lundi, brandissant des pancartes de soutien à leur cause.

« Nous reconnaissons qu’il y a de vrais problèmes économiques, en ce moment, en Alberta, qui ont des conséquences au jour le jour », a affirmé Bill Morneau.

Il a répété que le gouvernement fédéral avait pris des engagements clairs démontrant bien qu’Ottawa prenait l’économie albertaine au sérieux, comme le prouve le fait de travailler pour que les ressources canadiennes rejoignent les marchés internationaux.

Industrie pétrolière

Économie