•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La saison des sucres débute avec quelques semaines de retard au Témiscamingue

Une vingtaine de jeunes en provenance de garderies en milieu familial du Témiscamingue ont appris comment se fait le sirop d'érable.
Les chutes de neige ont compliqué l'accès aux tubulures cette année. (archives) Photo: Radio-Canada / Tanya Neveu
Lise Millette

Les fortes précipitations de neige ont retardé le début de la saison des sucres. Lundi matin, l'Érablière au p'tit calain de Fugèreville a commencé à entailler ses érables.

Ailleurs au Québec, la neige a aussi forcé les acériculteurs à dégager les tubulures et à creuser des accès.

La directrice des communications à la Fédération des acériculteurs du Québec, Hélène Normandin, reconnaît que les chutes de neige ont représenté un casse-tête pour les producteurs.

Ça occasionne beaucoup de travail pour nos acériculteurs dans les érablières, surtout dans la préparation. Il y en a plusieurs qui ont eu à pelleter pour dégager la tubulure ou faire des chemins pour pouvoir être en mesure de faire le travail de façon efficace. Maintenant, l'avantage qu'on a en contrepartie, c'est que la saison est quand même assez tardive, particulièrement dans le sud-ouest de la province, donc ça a donné le temps aux acériculteurs de dégager ce qu'ils avaient à dégager, indique-t-elle.

Hélène Normandin est tout de même optimiste pour la saison.

Même si plus on avance, plus les températures vont réchauffer, le fait qu'il y ait beaucoup de neige pourrait permettre de garder des températures fraîches et permettre qu'il y ait du gel la nuit, du dégel de jour. Ce sont des conditions optimales pour que ça coule, ajoute-t-elle.

Abitibi–Témiscamingue

Agriculture