•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Association des policiers d'Ottawa et son président poursuivent le chef Charles Bordeleau

Matt Skof en entrevue à Radio-Canada
Le président de l'Association des policiers d'Ottawa, Matt Skof (archives) Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'Association des policiers d'Ottawa et son président, Matt Skof, poursuivent le chef du Service de police d'Ottawa (SPO), Charles Bordeleau, ainsi que la Commission de services policiers d'Ottawa.

Rappelons que le 23 janvier dernier, M. Skof a été arrêté par la Police provinciale de l’Ontario (PPO) pour abus de confiance et entrave à la justice. Il a également été suspendu par la direction du SPO le même jour.

Or, le fait que M. Skof ait été suspendu par la direction du corps policier l'aurait empêché d’accomplir certaines tâches en lien avec ses fonctions syndicales à l'Association des policiers d'Ottawa, selon la poursuite, notamment en l'empêchant d'entrer dans les locaux du SPO.

Les demandeurs réclament 250 000 $ en dommages, plus les frais, à la Commission de services policiers et au chef Bordeleau. Ils demandent également 250 000 $ à M. Bordeleau pour ce qu'ils qualifient de manquement dans l'exercice de fonctions publiques.

Le but premier de l’abus de pouvoir et de l’interférence illégitime du défendeur [Charles] Bordeleau à l’endroit des droits fondamentaux du plaignant était de neutraliser et/ou de nuire à la capacité de M. Skof de représenter les membres [de l’Association des policiers d’Ottawa] , peut-on lire dans l'exposé de la demande déposé en anglais déposé à la Cour supérieure de l’Ontario.

Aux dires des plaignants, la suspension de M. Skof enfreint directement [sa] liberté d’association et [sa] liberté d’expression, qui sont protégées par l'article 2 de la Charte canadienne des droits et libertés, est-il également écrit dans le document.

Aucune des allégations contenues dans l'exposé de la demande n'a été prouvée en cour. La police d'Ottawa et la présidente de la Commission de services policiers, Diane Deans, ont refusé de commenter l'affaire.

Avec les informations de CBC

Ottawa-Gatineau

Forces de l'ordre