•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

IBM s'allie avec Magog Technopole

Denis Desbiens, président d'IBM Québec, devant les journalistes pour parler de l'alliance avec Magog Technopole
Denis Desbiens, président d'IBM Québec Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Magog Technopole a réussi à attirer un grand joueur pour les entreprises qui s'installeront au Centre d'arts technologiques de l'Estrie (CATE), bientôt inauguré à l'Îlot Tourigny. IBM est sur le point d'y déployer une solution en infonuagique, dont l'objectif est d'« accélérer l'innovation ».

Les techniciens d’IBM ont déjà mis 200 heures pour mettre en place cette solution, qui doit permettre aux entreprises de développer leurs projets plus rapidement et plus sécuritairement. Et donc, d’amener des projets plus rapidement sur le marché, résume le président d’IBM Québec, Denis Desbiens.

Ce que ça permet, c’est aux différentes personnes, aux différentes entreprises, de ne pas acheter leurs propres équipements, mais de travailler sur ce nuage-là. Ils peuvent le faire de chez eux, du centre ou de n’importe où dans le monde.

Denis Desbiens, président d'IBM Québec

Selon lui, c’est l’évolution des nouvelles technologies qui permet aujourd’hui de faire cette annonce. Il y a 10 ans, on n’aurait pas pu se permettre ce genre de technologies pour un centre qui n’est pas de si grande envergure, croit-il.

Magog Technopole se réjouit de cette nouvelle alliance, qui devrait rendre le CATE plus attractif auprès des entreprises. Selon le directeur général, André Métras, Magog Technopole a réussi à attirer 70 entreprises technologiques au cours des neuf dernières années. Au total, 500 emplois ont été créés.

On a mis en place au cours des cinq dernières années une belle communauté d’entreprises TI […] Là, on a des besoins particuliers pour le secteur technocréatif, qui est tout ce qui touche le 2D, le 3D, l’animation, le vidéo, le film - oui, pourquoi pas? - et la réalité virtuelle, explique-t-il.

Selon lui, ce type d’entreprises que Magog veut attirer au CATE ont besoin de solutions qui sont justement plus costaudes, plus performantes et plus sécuritaires.

Là, on a un IBM qui lève la main et qui manifeste un réel intérêt. Pour nous, c’est un signal très, très fort d’un grand joueur de l’informatique en Amérique du Nord. C’est un premier jalon.

André Métras, directeur général de Magog Technopole

Une formation collégiale

Ce n’est pas la seule bonne nouvelle annoncée par Magog lundi. Une formation collégiale en haute technologie sera donnée l’automne dans les locaux de Magog Technopole par le Cégep de Sherbrooke.

On regarde pour décentraliser la formation et amener une formation pointue sur Magog, soutient la mairesse de Magog, Vicky May Hamm, qui souhaiter cependant laisser à la direction du Cégep de Sherbrooke le soin de donner les détails de la formation, en temps et lieu.

Estrie

Économie