•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caroline Néron obtient un prêt de dernière minute pour son entreprise

Caroline Néron lors de son passage à l'émission Tout le monde en parle.

L'entreprise de bijoux et d'accessoires de Caroline Néron s'est placée en janvier sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

Photo : Avanti Groupe / Karine Dufour

La Presse canadienne

L'entreprise de Caroline Néron a obtenu un financement de dernière minute de 400 000 $ qui va lui permettre de poursuivre ses activités en attendant de déposer une proposition à ses créanciers.

En janvier, l'entreprise de bijoux et d'accessoires s'était placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, dernière étape avant de faire faillite s'il n'y a pas d'entente avec ceux à qui elle doit de l'argent.

Mme Néron s'est présentée au tribunal de la faillite lundi matin, à Montréal.

« Continuer en attendant des jours meilleurs »

Le registraire de la Cour a accepté le prêt, qui constitue du financement intérimaire dans le processus de réorganisation, pour « continuer en attendant des jours meilleurs », a expliqué Ronald Gagnon, premier vice-président de BDO Solutions, le syndic responsable du dossier.

Il a aussi été accordé à l'entreprise Boutiques Néron inc. un laps de temps supplémentaire pour préparer sa proposition aux créanciers, qui doit être soumise d'ici le 10 mai.

Le prêt de 400 000 $ sera déboursé en deux tranches, dont une dès cette semaine. L'argent provient d'un prêteur privé, a indiqué M. Gagnon.

Ces fonds permettront à l'entreprise de garder la tête hors de l'eau puisque les ventes sont faibles, une situation habituelle à cette période de l'année, dit M. Gagnon. Mais il croit que cela est aussi dû à l'incertitude créée par la restructuration de l'entreprise.

Cela va permettre de survivre, purement et simplement. Il y avait un manque de liquidités. Sans ce prêt-là, on n'aurait probablement pas pu payer les paies dès ce jeudi.

Ronald Gagnon, premier vice-président de BDO Solutions

Il anticipe un bond favorable des ventes à l'approche de la fête des Mères. Il se réjouit aussi des conditions associées au prêt qu'il qualifie d'« avantageux ». Ce qui permettra de poursuivre la relance annoncée en janvier dernier.

Le prêt n'a pas été contesté lundi matin alors que des créanciers avaient laissé entendre qu'il le serait. Mme Néron, qui vit une période difficile, a été soulagée de ce dénouement, a-t-il confié.

La prochaine étape est le dépôt de la proposition aux créanciers, qui devront procéder à un vote sur celle-ci.

Affaires

Économie