•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rareté de main-d'œuvre : l'État octroie 3 M$ pour couvrir une partie des dépenses liées au recrutement

Jean Boulet accorde une entrevue aux journalistes.
Le ministre du Travail Jean Boulet a annoncé 3 millions de dollars pour aider à la pénurie de main-d'oeuvre. Photo: Radio-Canada / Thomas Deshaies
Thomas Deshaies

Le ministre du Travail du Québec, Jean Boulet, a annoncé l'entrée en vigueur d'une nouvelle mesure gouvernementale pour aider les entreprises dans leurs démarches de recrutement de la main-d'œuvre. Une somme de 3 millions de dollars sera consentie aux entreprises et organismes des régions.

Les organismes et entreprises qui souhaitent effectuer des activités de recrutement à plus de 50 kilomètres de leur emplacement pourront bénéficier d'un remboursement de l'État. Jusqu'à 50 % des dépenses liées aux frais de déplacement, d'hébergement et de repas pourraient être couverts.

Je pense et je suis convaincu que ça va faciliter la mobilité régionale et répondre à nos besoins, a déclaré le ministre du Travail, Jean Boulet.

Selon les données du ministère du Travail, il y aurait actuellement 2825 postes vacants en Abitibi-Témiscamingue, ce qui correspond à un taux de postes vacants de 3,8 %. Le salaire horaire moyen des postes vacants est de 20,25 $.

Les entreprises pourront aussi demander à l'État de couvrir jusqu'à 50 % des frais de déménagement d'un nouvel employé, jusqu'à concurrence de 1000 $ par employé.

Pour bénéficier du programme, l'entreprise devra prouver au ministère qu'elle a de la difficulté à pourvoir ses postes.

Le ministre du Travail, Jean Boulet, invite les entreprises à contacter un conseiller aux entreprises du ministère pour connaître les modalités de remboursement.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale