•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Recyclage : du verre québécois dans le dentifrice

Un lot de plusieurs centaines de contenants alimentaires en verre.
Le verre sera recyclé en silice précipitée. Photo: CBC / Don Somers
Marie Maude Pontbriand

Le quart du verre recyclé au Québec pourra bientôt être transformé en silice précipitée qui servira à la fabrication de plusieurs articles du quotidien comme le dentifrice, des pneus et de la peinture.

Une entente de 100 millions de dollars est survenue entre l'entreprise Tricentris, qui gère le recyclage de 2 millions de Québécois dans 228 municipalités et RV² Technologies, une filiale du Groupe SiliCycle, installée dans le parc technologique de Québec.

Cette dernière s'engage à acheter 30 000 tonnes de verre qui auront été récoltées dans les bacs bleus des Québécois par année pendant 20 ans.

« C'est une annonce historique dans le merveilleux monde du verre », se réjouit Grégory Pratte, de Tricentris.

Afin de réaliser son projet, le Groupe Silicycle construira une usine juste à côté du centre de Tricentris à Lachute. Ce dernier jouera ainsi le rôle de mine de silice, aucun transport ne sera requis pour transférer la matière première à l'usine de transformation du verre en silice.

C'est le verre d'ici, qu'on transforme ici, pour des produits d'ici.

Grégory Pratte, Tricentris

La technologie a été mise au point au Centre de recherche industrielle du Québec et améliorée dans les bureaux de SiliCycle. Elle sera mise au service de l'industrie dans la nouvelle usine de Lachute, dont la construction est prévue pour 2020.

Le besoin en silice précipitée est grand et le marché offre un bon nombre de possibilités, explique Claude Pouliot, le directeur général de RV² Technologies.

« Pour l'instant on pense qu'on n'en aura même pas suffisamment pour fournir au Québec. »

Sur 20 ans, ce sont 600 000 tonnes de verre qui seront transformées en silice précipitée à Lachute.

Ailleurs au Québec

Pour la ville de Québec et pour l'est de la province, c'est la Société VIA qui gère les centres de tri et qui récupère le verre, pour lequel elle a déjà des débouchés.

« C'est une très bonne nouvelle pour l'industrie du verre et du recyclage au Québec », affirme le directeur général de la Société VIA, Jean-Sébastien Daigle. La Société n'en est toutefois pas là, son verre étant essentiellement revalorisé par l'entreprise trifluvienne Bellemarre Abrasif et Minéraux.

Québec

Recyclage