•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déclin continu du français en Atlantique depuis 15 ans

En hiver, différentes personnes marchent sur un trottoir de Moncton.
Une analyse de Statistique Canada confirme le déclin des populations francophones en Atlantique. Photo: Radio-Canada / Guillaume Aubut
Jean-Philippe Hughes

Le nombre de francophones dans les provinces atlantiques diminue sans cesse depuis 2001, selon une analyse de Statistique Canada. Le nombre de francophones à Terre-Neuve-et-Labrador a toutefois connu une légère remontée au dernier recensement, mais demeure très faible.

Les francophones, dont la première langue officielle parlée est le français, sont de moins en moins nombreux à l'est du Québec. Le portrait linguistique diffère d’une province à l’autre, mais la tendance lourde demeure.

Depuis 15 ans, le nombre de Canadiens dont le français est la première langue parlée a diminué dans les Maritimes. Seule Terre-Neuve-et-Labrador a connu une augmentation lors du recensement de 2016.

Ce sont de petits chiffres, donc des fois, une petite variation peut entraîner un pourcentage qui est élevé, souligne Éric Forgues, directeur général de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques, au sujet des chiffres pour Terre-Neuve.

Il s'inquiète de la tendance générale.Il faut peut-être se poser certaines questions, se préoccuper du lent déclin démographique de l'Acadie.

Je ne sais pas si on a vraiment tous les outils pour renverser cette tendance.

Éric Forgues, directeur général de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques, à l'Université de Moncton
Éric ForguesÉric Forgues, directeur général de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques Photo : ICI Radio-Canada

Le portrait n'est pas entièrement sombre, toutefois, pour les francophones de l'Atlantique. Le nombre de personnes bilingues, lui, a connu une hausse notable dans les quatre provinces. L’usage du français comme langue seconde progresse chez les anglophones : il a augmenté de 7,3 % au Nouveau-Brunswick, de 2001 à 2016, et de 17,7 % en Nouvelle-Écosse. L'augmentation est encore plus forte dans les deux autres provinces.

Le Nouveau-Brunswick

Le Nouveau-Brunswick se démarque de ses trois voisines par le poids de sa minorité francophone. Les locuteurs dont le français est la langue maternelle ont malgré tout diminué de 2,6 % de 2001 à 2016. Le déclin a été abrupt au cours de la décennie 2000, alors que la population francophone a connu une légère augmentation de 2011 à 2016.

L’érosion de l’usage de la langue française inquiète le président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick, Robert Melanson. Il propose des moyens pour renverser la tendance.

Robert Melanson en entrevue dans les studios de Radio-CanadaLe président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick, Robert Melanson, craint le pire pour la communauté francophone dans le contexte du vieillissement rapide de la population. Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

Il faudrait qu’il y ait des politiques familiales qui incitent à la natalité. Il faudrait peut-être que le fédéral, en ce qui concerne toutes les personnes qui vivent en situation minoritaire, se mette peut-être le nez là-dedans et mette des incitatifs à ce que les jeunes familles aient des enfants, suggère Robert Melanson.

Pendant ce temps, le bilinguisme a progressé de 7,3 %, la plus faible augmentation en Atlantique. Environ 42 % des Néo-Brunswickois peuvent soutenir une conversation en français exclusivement ou en combinaison avec l’anglais, selon les données colligées lors du dernier recensement, soit une diminution de 1 % depuis 2001.

La Nouvelle-Écosse

Le déclin des francophones de langue maternelle a été constant en Nouvelle-Écosse depuis le début des années 2000. Leur population a diminué d’environ 15 %, une baisse « un peu décourageante », reconnaît la directrice générale de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse, Marie-Claude Rioux.

Elle se console de la hausse de 17,7 % des personnes bilingues. En tout, près de 100 000 Néo-Écossais peuvent soutenir une conversation dans les deux langues. Mme Rioux conteste par ailleurs la justesse des données tirées des recensements.

Les francophones ne s'identifient pas comme francophones comme tels, ils sont fiers de dire qu'ils sont bilingues, précise-t-elle. Quand ils remplissent le sondage du recensement, c'est comme ça qu'ils s'affichent.

Marie-Claude Rioux dans son bureau le 21 mars 2019.Marie-Claude Rioux, directrice générale de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse. Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

Seules les régions de Clare, de Chéticamp et de l’Isle Madame affichent un pourcentage de francophones de plus de 35 %.

En 2016, la population francophone en Nouvelle‑Écosse atteignait 3,2 %, la sixième plus importante par habitant parmi toutes les provinces et territoires canadiens, à égalité avec le Manitoba.

Île-du-Prince-Édouard

Le nombre de francophones de langue maternelle a diminué de plus de 12 % dans la plus petite province canadienne. Ils étaient plus de 5200 en 2011, alors que leur population s’élevait à moins de 4600 en 2016.

À l’image du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, l'Île-du-Prince-Édouard a vu le bilinguisme progresser sur son territoire. Leur nombre de personnes bilingues y a augmenté de 23 %. Comme en Nouvelle-Écosse, près d’un Prince-Édouardien sur dix se dit bilingue.

Les francophones de langue maternelle sont concentrés entre Summerside et la pointe ouest de l’île.

Terre-Neuve-et-Labrador fait bande à part

Malgré une faible proportion de francophones, Terre-Neuve-et-Labrador se démarque des trois provinces maritimes. Il s’agit de la seule province atlantique où le nombre de francophones de langue maternelle a connu un gain de 11 % de 2001 à 2016.

Après un déclin en nombre absolu au courant de la décennie 2000, leur nombre a bondi dans la première moitié des années 2010 pour atteindre un total de plus de 2300 locuteurs.

Avec les informations de Michel Nogue et de Camille Bourdeau

Nouveau-Brunswick

Francophonie