•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau devrait-elle autoriser la cuisine de rue?

La cuisine de rue est de plus en plus populaire au Canada. Photo: Radio-Canada / Lyne-Françoise Pelletier
Radio-Canada

Vous habitez Gatineau, il est midi moins une, vous commencez à avoir faim et vous n'avez pas votre lunch? Les restaurants ambulants pourraient être une bonne option, selon certains, mais ils sont encore interdits au quotidien sur le territoire gatinois. Or, un élu municipal veut changer la donne.

Comparativement à de nombreuses grandes villes canadiennes, dont Ottawa, la Ville de Gatineau ne permet toujours pas sur son territoire la cuisine de rue, sauf dans le cadre d’événements, et ce, pour un nombre très limité de camions-restaurants.

Le conseiller du district du Lac-Beauchamp, Jean-François LeBlanc, s'est penché sur la question dans le cadre d'une recherche maison sur les règles encadrant les camions-restaurants dans d'autres villes canadiennes, afin de savoir si cette offre pourrait être viable à Gatineau.

Des opinions favorables

L'élu municipal a publié un sondage informel sur sa page Facebook, lundi matin, dans laquelle il demande aux citoyens si la Ville de Gatineau devrait permettre la cuisine de rue.

J'ai mis 7 h ce matin. J'ai 180 votes, puis je pense qu'il y en a six qui sont contre. La volonté est là, les gens le veulent, a-t-il raconté quelques heures après sa publication.

J’avais envie de sonder les citoyens pour savoir si Gatineau était prête à mettre ça en place!

Jean-François LeBlanc, conseiller municipal du district du Lac-Beauchamp

Des appuis au conseil

M. LeBlanc devrait déposer un avis de résolution au conseil municipal en avril. S'il obtient l'appui des autres conseillers, le dossier des camions-restaurants pourrait faire l'objet d'un projet pilote.

Pour le moment, plusieurs élus gatinois sont ouverts à discuter. Mais selon bon nombre d'entre eux, les règles devront être claires. Si tout le monde me dit : ''Non, non, on n'en veut pas'', j'oublierais ça, a indiqué M. LeBlanc en entrevue.

Le conseiller du district de Hull-Wright est ouvert à la discussion. Je pense que ça peut-être quand même bien, si c'est à la bonne place, au bon moment et surtout si ça se fait en concertation avec les acteurs du milieu, a dit Cédric Tessier.

D'après M. LeBlanc, plusieurs déserts alimentaires à Gatineau pourraient bénéficier de l'offre de camions-restaurants . Je pense au parc du Lac-Beauchamp, la marina de Hull et de Gatineau. Il n’y a pas de restaurants proches, a-t-il souligné.

Selon ses recherches, la restauration de rue contribuerait au développement économique des municipalités comme Montréal, Ottawa et Québec.

Aux États-Unis, l’industrie de la cuisine de rue a enregistré un chiffre d’affaires de 3 milliards de dollars en 2018. Au Canada, près de 2200 camions ont réalisé des revenus de 300 millions de dollars en 2017, a-t-il avancé.

Joe Rego est un restaurateur prolifique de la région. Il est propriétaire des restaurants Le Cellier, Le Quai et Olivia Bistro. Il est d'avis que le camion-restaurant permet une visibilité intéressante.

Or, le conseiller municipal du district du Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau, Jocelyn Blondin, est quant à lui contre l’idée, puisqu'il croit que les camions-restaurants pourraient nuire aux petits commerçants.

Ils ne sont pas en compétition nécessairement. La personne qui veut s’asseoir au restaurant qui veut boire de l’eau lire son journal, ce n’est pas la même clientèle qui va arrêter à un camion entre deux rendez-vous., rétorqué M. LeBlanc.

On ne permettrait pas à un camion, par exemple, d’aller s’installer en face d’un autre restaurant.

Jean-François LeBlanc, conseiller municipal du district du Lac-Beauchamp

De bons exemples au pays

Les villes de Toronto, Calgary et Vancouver sont les villes canadiennes les plus actives en matière de camions-restaurants, aux dires de M. LeBlanc.

À Ottawa, ce type de camions existe depuis les années 1970 et fait maintenant partie des rouages du tourisme de la capitale. Au total, 29 espaces pour des camions de restauration ambulante et 24 espaces pour des chariots de restauration sont établis.

Toutefois, Montréal et Québec viennent de mettre un bémol à la restauration sur roues : les élus de la métropole ont décidé de permettre les camions de cuisine de rue seulement lors d'événements, alors que le conseil municipal de Québec n'a toujours pas annoncé quelle suite il donnera à son projet pilote de deux ans.

Avec les informations de Nathalie Tremblay et de l'émission Sur le vif

Ottawa-Gatineau

Politique municipale