•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grande Place : la Ville de Rimouski rencontrera individuellement les copropriétaires

Des voitures stationnées devant la Grande Place.
Le site de la Grande Place au centre-ville de Rimouski Photo: Radio-Canada / François Gagnon
Maya Arseneau
Laurie Dufresne

Des représentants de la Ville de Rimouski rencontreront individuellement certains propriétaires de Place Saint-Laurent qui sont encore réticents face aux modifications du projet de revitalisation de la Grande Place. S'ils n'ont pas donné leur accord avant vendredi, le projet sera annulé.

En assemblée spéciale, samedi, le Syndicat des copropriétaires de Place Saint-Laurent a recommandé « d'accepter l'entente de principe avec la Ville de Rimouski modifiant la servitude de stationnement et permettant ainsi la mise en œuvre de l'édifice. Cette recommandation étant appuyée par le conseil d'administration de Place Saint-Laurent ».

La mouture revue discutée en assemblée spéciale comprend deux immeubles de six étages au lieu des deux tours de huit et cinq étages dans la première version du projet.

Le projet de revitalisation de la Grande Place a récemment été modifié pour répondre aux préoccupations des copropriétaires de Place Saint-Laurent. Certains d'entre eux s'inquiétaient de la perte de leur vue sur le fleuve.

On pourrait avoir un projet de 30 ou 40 millions de dollars qui permettrait une remise en valeur du centre-ville et d'enfin de se débarrasser de la Grande Place, qui ne pourrait pas aller de l'avant parce que trois ou quatre propriétaires auraient décidé de ne pas le supporter.

Marc Parent. maire de Rimouski

Selon le conseil d'administration, les modifications sont satisfaisantes pour la majorité des propriétaires, mais quelques-uns sont encore réticents.

Une décision d'ici vendredi

Selon le maire de Rimouski, Marc Parent, trois ou quatre résidents ont signifié leur intérêt de ne pas accepter le projet tel que proposé. La Ville a donc engagé un médiateur pour les convaincre.

Le 29 mars, c'est la date charnière. Si on n'a pas la signature des 97 propriétaires, il n'y a pas de projet.

Marc Parent, maire de Rimouski

Le dépôt d'un projet de loi privé n'est pas une option selon le maire. Le Groupe Sélection a un client. Ils sont vraiment rendus à l'extrême limite dans les délais, explique-t-il.

Bas-Saint-Laurent

Infrastructures