•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pouvoirs accrus et un plus grand territoire pour l’Escouade mobilité

Après dix mois d'existence, l'escouade mobilité mise en place par la Ville de Montréal augmentera son territoire et obtiendra de nouveaux pouvoirs. Photo: Radio-Canada / Vincent Champagne
Radio-Canada

L'Escouade mobilité mise en place par l'administration Plante depuis juin 2018 couvrira désormais un plus vaste territoire et ses inspecteurs pourront donner de nouveaux types de constats d'infraction, a annoncé la Ville lundi.

Dès cet été, l’Escouade mobilité patrouillera dans trois arrondissements de plus, à savoir Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Rosemont–La Petite-Patrie et Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. En ce moment, elle n’intervient que dans Ville-Marie, le Plateau-Mont-Royal et le Sud-Ouest.

Pour ce faire, la Ville va embaucher cinq nouveaux inspecteurs, qui viendront bonifier l’équipe actuelle des six membres.

Présentant le bilan des 10 premiers mois d’activités du projet, les élus responsables du dossier ont constaté que les quelque 4787 interventions réalisées par l’Escouade ont donné des résultats « probants ».

« Pour la Ville de Montréal, la mobilité est une réelle priorité, a affirmé Éric Alan Caldwell, responsable du transport au sein du comité exécutif, par voie de communiqué. Nous avions fait le pari que même s’il ne s’agissait pas d’une solution miracle, c’était une bonne idée, et l’expérience démontre que ce l’est. »

Selon les données fournies par la Ville, 95 % des interventions ont mené à une résolution immédiate du problème, qu’il s’agisse d’une entrave non autorisée sur le domaine public ou d’un stationnement illégal, à titre d’exemple.

« Je ne pense pas qu’il y a un Montréalais qui croit que la congestion s’est améliorée à cause de l’Escouade mobilité », a pour sa part affirmé le chef de l’opposition officielle Lionel Perez.

« C’est un exercice de relations publiques. Ils essaient de convaincre le monde que ça fonctionne et ils baissent les attentes », a-t-il ajouté.

Plus de pouvoirs

Pour le moment, les inspecteurs de l’Escouade mobilité peuvent donner certaines contraventions, mais doivent faire appel à la police ou aux préposés au stationnement dans d’autres cas.

Dès le mois de mai, ils auront de nouveaux pouvoirs, notamment celui de délivrer des contraventions pour les stationnements non conformes dans des voies réservées ou dans des zones de livraison.

La Ville a annoncé également qu’elle est en discussion avec le ministère du Transport pour élargir son champ d’intervention aux autoroutes sur le territoire montréalais.

La mise sur pied de l’Escouade mobilité était une promesse électorale du parti Projet Montréal de Valérie Plante.

Mise en place d’abord sous forme d’un projet pilote l’été dernier, elle vise à faciliter le transit automobile au cœur de la ville, en intervenant rapidement dans les situations qui gênent la fluidité de la circulation.

Son budget de fonctionnement annuel est pour le moment de 619 000 $, entièrement assumé par l'arrondissement de Ville-Marie.

Grand Montréal

Politique municipale