•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Telegram permet maintenant d’effacer n’importe quel message

Une photo en gros plan d'un écran de téléphone sur lequel sont affichées les icônes de différentes applications de messagerie, dont celle de Telegram.
Telegram est utilisé par des dizaines de millions de personnes dans le monde. Photo: iStock
Radio-Canada

L'application de messagerie chiffrée Telegram permet désormais d'effacer de façon sélective les messages d'une conversation, que vous en soyez l'auteur ou non. Cette opération se répercute également sur l'appareil de votre interlocuteur.

Telegram offrait jusqu’ici l’option de supprimer un message dans les 48 heures suivant son envoi. Cette fonctionnalité permettait également d'effacer le message sur l’appareil de son interlocuteur, mais les messages ne pouvaient être enlevés que par leur auteur.

Le lancement de la version 5.5 de Telegram, dimanche, vient toutefois changer la donne en offrant la possibilité de supprimer n’importe quel message sur tous les appareils où il apparaît. Il est aussi possible d’effacer l’intégralité d’une conversation en deux clics.

« Un vieux message dont vous avez oublié l’existence peut être pris hors contexte pour être utilisé contre vous des décennies plus tard, a expliqué le fondateur de Telegram, Pavel Durov, dans un message public (Nouvelle fenêtre). Un message texte envoyé de façon précipitée à votre amoureuse à l’école peut revenir vous hanter en 2030 lorsque vous déciderez de briguer la mairie. »

Il faut l’admettre : malgré tous nos progrès en cryptage et en matière de vie privée, nous avons bien peu de contrôle sur nos données.

Pavel Durov, fondateur de Telegram

Une solution imparfaite

La possibilité d’effacer les messages d’autres utilisateurs pourrait ironiquement contribuer à sortir un message de son contexte. Une personne mal intentionnée pourrait par exemple décider de supprimer certains extraits d’une conversation pour donner l’impression que son interlocuteur tient des propos déplacés.

La suppression d’un message ne laisse par ailleurs aucune trace dans l’historique de la conversation. D’autres applications de messagerie chiffrée, dont WhatsApp, permettent d’effacer ses propres messages, mais la conversation reste alors marquée d’une notification.

Cette particularité pourrait être utile aux groupes criminels ou terroristes qui utilisent la messagerie chiffrée pour limiter les traces laissées par leurs activités.

Cela pourrait motiver certains gouvernements à emboîter le pas à la Russie, qui a interdit Telegram sur son territoire l’an dernier. Le Kremlin s’était alors justifié en affirmant que l’application était utilisée par des groupes terroristes et qu’il était trop difficile de les surveiller en raison du chiffrement.

Avec les informations de TechCrunch, et The Verge

Applications mobiles

Techno