•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La famille de Danielle Moore se rend en Éthiopie et ouvre un fonds en son nom

Photo noir et blanc de Danielle Moore.
Danielle Moore, 24 ans, est l'une des 18 victimes canadiennes de l'écrasement d'avion en Éthiopie, qui a fait 157 morts. Photo: Facebook/Danielle Moore
Radio-Canada

La famille de Danielle Moore, l'une des 18 victimes canadiennes de l'écrasement du vol Ethiopian Airlines 302, s'est rendue en Éthiopie sur les lieux de la catastrophe pour tenter de faire son deuil. Elle espère que le fonds de réserve créé au nom de la jeune femme permettra de continuer le travail qu'elle a mené à travers le monde.

La femme de 24 ans avait été choisie par l’Organisation des Nations unies (ONU) pour participer à une conférence sur l’environnement au Kenya.

« Ma soeur était toujours pleine d’espoir. C’est l’une des qualités dont les gens ont besoin pour changer le monde. Il ne faut pas être pessimiste et penser que quoi qu'on fasse, rien ne changera. Il faut agir, a dit son jeune frère, David Moore. La question que nous avions, c'est : comment pouvons-nous préserver l’esprit de Danielle? »

Au total, 157 personnes de 35 pays différents sont mortes lorsque le Boeing 737 MAX 8 à destination de Nairobi s’est écrasé quelques minutes après le décollage depuis la capitale de l’Éthiopie, Addis Abeba.

Le fonds en l’honneur de Danielle Moore, créé par son père, soutiendra les causes défendues par sa fille. Cette dernière a travaillé en Nouvelle-Écosse, au Nunavut, en Ontario, au Manitoba et en Colombie-Britannique sur des questions de changement climatique, d’alphabétisation numérique et de sécurité alimentaire.

« Désormais, je souhaite propager son message en aidant les personnes autour de moi d’une façon qui apporterait un sentiment de fierté à ma soeur », a affirmé David Moore.

Ce dernier indique que la famille consultera d'abord ses amis et ses collègues d’un océan à l’autre avant de décider comment sera utilisé l’argent mis dans le fonds de réserve.

Danielle Moore était originaire de Scarborough, en Ontario, mais vivait à Winnipeg avant de trouver la mort.

Selon David Moore, la mort de sa soeur a été particulièrement dure à accepter pour leur mère, qui est Philippine. Dans la culture philippine, l'enterrement doit en se faire en présence du corps. La famille n’a aucune garantie qu’elle pourra récupérer les restes de la jeune femme et pourrait ne jamais réussir à tourner la page.

« Cela paraît irréel, c’est tellement incroyable. Mais, lorsque l’on réalise ce qui s'est passé, c’est horrible. C’est vraiment difficile », dit David Moore au sujet de la mort de sa soeur.

Selon lui, l'espoir que son esprit puisse continuer dans ce monde et que son travail puisse continuer à travers les personnes qu'elle a touchées permet à la famille de tourner la page.

Manitoba

Accidents et catastrophes