•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nombreux visiteurs à la journée portes ouvertes de la mosquée Baitur-Rahmat de Saskatoon

Des personnes visitent des tables d’exposition et regardent des affiches dans un gymnase lors de la journée portes ouvertes de la mosquée Baitur Rahmat de Saskatoon .
Plusieurs familles non musulmanes sont venues visiter la mosquée Baitur-Rahmat. de Saskatoon. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Quelques centaines de personnes ont participé dimanche à une journée portes ouvertes à la mosquée Baitur-Rahmat, de Saskatoon, une activité destinée à mieux faire connaître à la population la communauté musulmane.

« Avec tout ce qui se passe dans le monde, on a besoin d'informer les Canadiens pour leur montrer qui nous sommes réellement et ce que l’Islam représente », explique un imam à la mosquée Baitur-Rahmat, de Saskatoon, Shakoor Ahmad

Les visiteurs ont eu droit à une visite guidée du bâtiment. De nombreuses affiches, des feuillets d’information, un court film et des corans en plusieurs langues leur étaient offerts.

« Il y a des incompréhensions causées par un manque de communication. Les activités comme celles d’aujourd’hui sont une occasion pour les gens de venir apprendre à nous connaître, à poser des questions et à créer des ponts entre les personnes », explique Raza Shah, né à Saskatoon, aujourd’hui imam à Québec.

L'activité a eu lieu un peu plus d’une semaine après la tuerie dans des mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, qui a fait 50 morts et de nombreux blessés.

Plusieurs familles non musulmanes, comme celle de Justin et Dana Krushel, se sont rendues à la journée portes ouvertes.

« À la lumière de ce qui s’est passé en Nouvelle-Zélande, c’est important de dire à la communauté musulmane qu’on l'appuie. On veut que nos enfants grandissent avec des valeurs inclusives », dit Dana Krushel.

« On n’est pas obligé de parler la même langue, d’avoir les mêmes croyances religieuses. Et c’est quelque chose qu’on veut montrer à nos enfants », ajoute Justin Krushel.

Avec les informations de Samuel Desbiens

Saskatchewan

Croyances et religions