•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de loi sur le taxi, « il est bon! », maintient Bonnardel

Le reportage de Kim Vermette
Radio-Canada

Alors que des milliers de chauffeurs de taxi débrayent à travers le Québec pour dénoncer le projet de loi 17 qui vient déréglementer leur industrie, le ministre des Transports maintient que les changements qu'il instaure sont nécessaires dans le contexte technologique actuel.

François Bonnardel estime que le projet de loi 17 sera bénéfique pour les chauffeurs de taxi, puisqu’il réduit la réglementation, la charge fiscale ainsi que les charges administratives de l’industrie.

« On met fin à la classe 4C, on met fin à la plaque T qui coûte 1000 $, on réduit le fardeau des chauffeurs de taxi. Les chauffeurs qui louent à hauteur de 300 $, 500 $, 600 $ par semaine un permis de taxi, pour eux, demain matin, ça sera terminé », a-t-il fait valoir.

Au lendemain de l’adoption de cette loi, les taxis traditionnels pourront de plus faire de la tarification dynamique, on met fin au monopole d’Uber.

François Bonnardel, ministre des Transports du Québec

« Le projet de loi, il est bon! J’ai rencontré l’industrie, j’ai rencontré des organismes, j’ai rencontré toutes les nouvelles sociétés qui se disent : “Le Québec entre dans un autre siècle aujourd’hui; le projet de loi aurait dû être déposé il y a des années déjà” », a affirmé M. Bonnardel.

Le ministre des Transports dit comprendre l’inquiétude des chauffeurs face au changement, mais estime qu’ils ont tort de pénaliser leurs clients pour faire valoir leurs arguments.

« C’est le client qu’on pénalise ce matin! Moi je suis ouvert à la discussion, je leur ai dit vendredi : “Je suis prêt à discuter avec vous” », a martelé François Bonnardel.

Un virage plus que nécessaire, plaide Bonnardel

Des taxis circulent à vitesse réduite sur l'autoroute.Des convois de taxis perturbent la circulation sur les voies rapides lundi pour protester contre le projet de déréglementation de leur industrie par le gouvernement Legault. Photo : Radio-Canada / Mathieu Daniel Wagner

« Si on avait déposé ce projet de loi là il y a un an, il y a deux ans, Téo Taxi serait encore au monde à Montréal », regrette François Bonnardel, qui prévoit d'autres bouleversements dans l'industrie avec l'arrivée des taxis autonomes sans conducteurs dans nos rues d'ici quelques années.

Le ministre estime sinon suffisant le montant de 500 millions de dollars versé à l’industrie pour compenser l’abolition des permis pour lesquels les chauffeurs ont payé des sommes considérables – dépassant les 150 000 $ – et qui constituaient souvent leur fond de retraite.

« On est une des seules juridictions, je pense qu’il y en a deux dans le monde, qui ont donné des sommes aux chauffeurs de taxi, il y a l’Australie et il y a nous. Demandez aux gens dans la rue si un demi-milliard de dollars, c’est beaucoup de sous », a-t-il fait valoir.

L’industrie traditionnelle va survivre, elle va être moins réglementée, on va mettre plus d’argent dans les poches des chauffeurs de taxi.

François Bonnardel, ministre des Transports du Québec

Les représentants des chauffeurs de taxi doivent rencontrer le ministre Bonnardel, mardi, pour lui faire part de leurs doléances.

Grève générale des taxis

Ce chauffeur montre qu’il a payé son permis 212 000$ en 2011.Ce chauffeur montre qu’il a payé son permis 212 000 $ en 2011. Il doit effectuer des paiements de 2000 $ par mois. Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

Les chauffeurs de taxi sont loin de voir les choses du même œil, après trois années de lutte acharnée et de mobilisation contre les services de transport de type Uber qui leur livrent, selon eux, une concurrence déloyale en offrant des services de transport en marge des lois, des règlements et de la fiscalité à laquelle eux doivent se plier.

Lundi matin, les chauffeurs de taxi ont cessé de transporter des clients dès 7 h et des convois de taxis se sont formés dans la majorité des grandes villes de la province pour manifester leur colère.

De Montréal à Saguenay, en passant par Sherbrooke et Québec, les chauffeurs de taxi ont fait sentir leur présence en ralentissant la circulation en roulant en convoi à vitesse réduite et en agrémentant le tout d’un concert de klaxons.

À Montréal, en matinée, un convoi de taxis a quitté les Galeries d'Anjou, dans l'est de Montréal, en direction de l'autoroute 40 ouest, composé de dizaines de chauffeurs en colère.

Au moins une centaine de taxis ont circulé en convoi à basse vitesse, créant un important ralentissement.

Des dizaines d'autres taxis, qui s'étaient rassemblés au Carrefour Laval, ont fait de même sur l'autoroute 15 sud à Laval, en se dirigeant eux aussi en convoi vers l'autoroute 40.

Les chauffeurs de taxi qui manifestaient dans la région montréalaise ont convergé vers les bureaux montréalais du ministre Bonnardel. Ils ont paralysé une partie du centre-ville montréalais en transformant le boulevard René-Lévesque Ouest, devant les bureaux du ministre, en stationnement.

Les chauffeurs ont également déserté l’aéroport international Montréal-Trudeau. Ils poursuivront leurs perturbations jusqu’à 19 h pour les reprendre à compter de 7 h mardi matin.

Scénario similaire à Québec, où des convois de taxis ont convergé vers les bureaux du ministère des Transports, après s'être rassemblés tôt en matinée devant l'Assemblée nationale. Ils ont également ralenti la circulation sur l’autoroute Duplessis, en chemin vers l’aéroport international Jean-Lesage.

Des représentants de l’industrie ont signalé que la grève générale durerait de 7 h à 19 h, dans plusieurs régions du Québec. Des taxis se déplaceront en cortège, tandis que d’autres sont invités à se rendre à la rencontre de leur député provincial pour l’interpeller sur les conséquences du projet de loi 17 ou « agrémenter [leur] journée de coups de klaxon ».

Le gouvernement veut détruire notre industrie, on va détruire leur agenda pour une journée, ou deux, ou trois.

Serge Lebreux, porte-parole des taxis en région
Entrevue avec Ralph El-Haddad, chauffeur de taxi depuis 20 ans, qui a acheté son permis en 2016 pour la somme de 175 000 dollars.

L'opposition réclame une pleine compensation

Le porte-parole libéral en matière de Transports, Gaétan Barrette, reconnaît pour sa part qu’il fallait moderniser l’industrie, mais pourfend la façon dont François Bonnardel a choisi de le faire. En réduisant la valeur des permis de taxi, dit-il, le ministre commet une « injustice » qu’il doit corriger en offrant une « compensation à 100 % » à leurs propriétaires.

Il doit y avoir une compensation complète. Ces données-là existent. L’idée n’est pas de payer les profits. L’idée est de rembourser le montant nominal, lorsque les gens ont acquis le permis.

Gaétan Barrette, porte-parole libéral en matière de Transports

« Tout le monde est pour la modernisation, mais que ça se fasse correctement. Il y a des gens là-dedans qui vont perdre leur maison », poursuit-il. Beaucoup d’entre eux sont d’ailleurs des immigrants qui ont « payé leur travail » en achetant un permis, et qui ont donc « emprunté pour avoir accès à un revenu ».

« Moi, je connais des gens […] qui ont acheté leur permis 175 000 $ il y a deux ans. Ils ont une hypothèque, un prêt à la banque; ils doivent le rembourser. C’est leur nom, c’est leur maison qui est en garantie, et là ils se font dire : “c’est fini” », déplore-t-il.

Perturbations dans les transports en commun

Le copropriétaire de Taxi-Multi, Maurice Gauvin, installe un fauteuil roulant dans son taxi adapté.Un propriétaire de taxi adapté installe un fauteuil roulant dans son véhicule. Photo : Godefroy Macaire Chabi

La grève des chauffeurs n'a pas que causé des bouchons de circulation à l'heure de pointe, elle a aussi privé de nombreux usagers des services de transport adapté, de taxibus ou de taxis collectifs pour la journée.

La Société de transport de Montréal a promis d'honorer les rendez-vous de taxibus et de transport adapté pour motif médical, mais n'est pas en mesure de maintenir les transports vers les centres de réadaptation en déficience intellectuelle.

L’agence exo, qui gère les transports en commun dans la grande région de Montréal, ainsi que la Société de transport de Laval ont fait de même en accordant la priorité aux transports pour raison médicale.

Transports

Économie