•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Envoyé spécial
  • Ils ont permis l’incroyable évasion d'Edward Snowden

    Edward Snowden, à Moscou, en décembre 2013.

    Edward Snowden à Moscou, en décembre 2013

    Photo : Getty Images / Barton Gellman

    Thomas Gerbet

    Au très chic hôtel Mira de Hong Kong, personne n'a oublié le passage du célèbre lanceur d'alerte américain. Mais c'est dans les quartiers misérables de la ville que s'est jouée la réussite de la cavale de l'homme le plus recherché de la planète.

    Quand ils ont reçu l’appel à l’aide de leur avocat, ils ne se doutaient pas qu’ils allaient se retrouver au centre de la plus grande fuite de renseignements de l’histoire.

    « Je n’avais pas entendu parler de lui au début, c’est après que j’ai su qui c’était », raconte Ajith, 47 ans, un déserteur de l’armée du Sri Lanka qui a servi à Snowden de garde du corps lors de certains de ses déplacements.

    En cachant le fugitif dans leur minuscule appartement, plusieurs sans-papiers comme Ajith lui ont permis d’échapper aux services secrets et à la police locale.

    Il est venu à Hong Kong parce qu’il voulait rester en vie. Et c’est ce que moi aussi j’ai fait. Alors j’y voyais une similitude.

    Ajith Pushpakumara, « ange gardien » d'Edward Snowden à Hong Kong

    Le sans-papiers a subi des représailles des autorités hongkongaises. Son aide sociale a été coupée et il marche d’un air craintif dans les rues, de peur d’être arrêté et expulsé d’un jour à l’autre vers son pays d’origine, où il risque l’exécution.

    Vanessa, qui avait un bébé d’un an à l’époque, ne regrette pas non plus son geste, malgré les représailles qu’elle a aussi subies. « Si c’était à refaire, je le referais, dit la réfugiée originaire des Philippines. Edward Snowden est un héros. »

    La mère de famille monoparentale vient d’obtenir la protection du Canada avec sa fille Keana, aujourd’hui âgée de 7 ans.

    Snowden à Hong Kong : le récit de sa cavale

    L'hôtel Mira de Hong Kong où Edward Snowden a transmis les documents classifiés au journaliste du Guardian, Glenn Greenwald.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    L'hôtel Mira de Hong Kong où Edward Snowden a transmis les documents classifiés au journaliste du Guardian, Glenn Greenwald.

    Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

    Quand Edward Snowden fuit les États-Unis en mai 2013, il emporte quatre ordinateurs, des clés USB contenant des milliers de documents ultra-confidentiels appartenant à l’Agence nationale de sécurité (NSA), pour laquelle il travaillait.

    Il a rendez-vous avec la documentariste Laura Poitras et le journaliste du quotidien britannique The Guardian, Glenn Greenwald, dans la chambre 1014 de l’hôtel Mira.

    À partir du 5 juin, le Guardian et plusieurs autres médias publient des articles et révèlent l’un des plus grands scandales de l’histoire des renseignements américains.

    Grâce aux documents qu’il a en sa possession, l’ancien analyste de la CIA et de la NSA démontre que les États-Unis ont secrètement enregistré les appels téléphoniques de millions d’Américains, en utilisant les données fournies par les compagnies.

    Au nom de l’antiterrorisme, de la lutte contre le trafic d’armes et de drogues, les services secrets américains stockent les informations de centaines de millions de citoyens à travers le monde, en ayant accès aux données d’entreprises comme Google, Facebook, Apple ou encore Microsoft.

    Edward Snowden en compagnie du journaliste Glenn Greenwald, dans la chambre d'hôtel où ils ont passé plusieurs jours. Extrait du documentaire Citizenfour. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Edward Snowden en compagnie du journaliste Glenn Greenwald, dans la chambre d'hôtel où ils ont passé plusieurs jours. Extrait du documentaire Citizenfour.

    Photo : Associated Press / Laura Poitras

    Même si vous ne faites rien de mal, vous êtes épiés et enregistrés. [...] Moi, assis à mon bureau, j’avais l’autorité pour faire de l’écoute électronique sur n’importe qui. Vous, votre comptable, un juge fédéral, ou même le président, si j’avais eu son adresse de courriel personnelle.

    Edward Snowden, 9 juin 2013

    Le 9 juin 2013, Edward Snowden révèle son identité dans une vidéo où il affirme : « Je n'ai pas l'intention de me cacher, parce que je sais que je n'ai rien fait de mal. »

    Dès lors, la rumeur s’emballe rapidement : le lanceur d’alerte se trouverait à l’hôtel Mira. Les médias affluent dans le lobby. Snowden est vulnérable. Il est minuit moins une avant qu’il soit arrêté.

    Edward Snowden, à la une du principal journal de Hong Kong, en juin 2013.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Edward Snowden, à la une du principal journal de Hong Kong, en juin 2013.

    Photo : AFP / Philippe Lopez

    Le 10 juin, Edward Snowden met une casquette, emprunte la caméra de Laura Poitras et parvient à déjouer l’attention des journalistes présents pour sortir de l’hôtel. L’exfiltration est organisée par l’avocat Robert Tibbo, un Canadien, natif de Montréal.

    Snowden a sollicité Robert Tibbo, car celui-ci exerce depuis des années à Hong Kong auprès des demandeurs d’asile. C’est l’avocat qui va avoir l’idée de cacher le fugitif chez d’autres de ses clients, des sans-papiers vivant dans des quartiers pauvres de la ville.

    L'avocat Robert Tibbo, à Hong Kong, en 2017.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    L'avocat Robert Tibbo, à Hong Kong, en 2017.

    Photo : AFP / Anthony Wallace

    Edward Snowden passera 13 jours caché dans de minuscules appartements où s’entassent des familles originaires des Philippines et du Sri Lanka.

    Il sera hébergé dans trois appartements différents, pour ne pas rester trop longtemps au même endroit. Lors de ses déplacements, le fugitif porte un chapeau et des lunettes fumées. Il cache son passeport dans le réfrigérateur de ses hôtes et demande à ceux-ci de retirer la pile de leur cellulaire, par crainte d’être repéré.

    Les sans-papiers se souviennent d’un homme gentil, mais visiblement nerveux. « Il était angoissé, se souvient Vanessa Rodel. Il mangeait beaucoup de biscuits. »

    Snowden craint pour sa vie et pense que les agences de renseignement américaines sont prêtes à le tuer pour défendre leurs intérêts.

    Les familles les plus pauvres de Hong Kong s'entassent dans de minuscules appartements.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Les familles les plus pauvres de Hong Kong s'entassent dans de minuscules appartements.

    Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

    Pendant ce temps, Washington accentue la pression sur les autorités de Hong Kong pour qu’elles mettent la main au collet du fuyard.

    Dès le 17 juin, les États-Unis exhortent Hong Kong à l’arrêter, mais les Américains ont fait une erreur qui se révélera capitale. Ils fournissent le nom Edward James Snowden, alors que le lanceur d’alerte s’appelle plutôt Edward Joseph Snowden.

    Dans la famille sri-lankaise chez qui il se trouve, Snowden entend de plus en plus de sirènes dans les rues alentour. Il craint que la police ait commencé à patrouiller dans le quartier.

    Il craint également que les services secrets chinois tentent eux aussi de l'arrêter, pour obtenir des informations ou l’utiliser comme monnaie d’échange.

    Affiche de soutien à Edward Snowden, dans les rues de Hong Kong, le 18 juin 2013.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Affiche de soutien à Edward Snowden, dans les rues de Hong Kong, le 18 juin 2013.

    Photo : AFP / Philippe Lopez

    Le 21 juin 2013, le jour de ses 30 ans, Edward Snowden est officiellement accusé de haute trahison aux États-Unis. Washington lui reproche d’avoir communiqué illégalement des informations sur la défense nationale et des informations secrètes sur les services de renseignement. Il est aussi accusé de vol de propriété gouvernementale (espionnage). Il risque jusqu’à 30 ans de prison.

    Le 22 juin, Snowden reçoit l’aide de l’organisation WikiLeaks et de son fondateur, Julian Assange. Celui-ci lui a envoyé une conseillère, Sarah Harrison. Elle lui réserve une douzaine de billets d’avion pour différentes destinations afin de brouiller les pistes.

    Aéroport de Hong KongAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Aéroport de Hong Kong

    Photo : Getty Images

    Le 23 juin, le fugitif se rend incognito à l’aéroport en compagnie de son avocat, Robert Tibbo. Il prend un vol à destination de Moscou, avec la volonté de se rendre à Cuba.

    Son passeport n’est pas repéré à l’aéroport, puisque le nom indiqué aux autorités hongkongaises n’est pas le bon.

    Edward Snowden passe toutefois à un cheveu de ne pas pouvoir fuir. En effet, alors qu’il est en vol, Washington annule son passeport.

    Le lanceur d’alerte ne peut plus se rendre à Cuba et se retrouve pris dans la zone internationale de l’aéroport de Moscou pendant un mois (Nouvelle fenêtre).

    Le régime de Vladimir Poutine finit par lui accorder un droit de résidence, et même un visa de séjour de trois ans, ce qui provoque la colère de Washington.

    En septembre 2016, le réalisateur Oliver Stone sort le film Snowden, inspiré de l’histoire du lanceur d’alerte, qui y fait même une apparition.

    Le film « Snowden » d'Oliver Stone est sorti à l'automne. Il met en scène Joseph Gordon-Levitt dans le rôle d'Edward Snowden. Ce dernier fait même une apparition à la fin du long métrage.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Le film «Snowden» d'Oliver Stone est sorti à l'automne. Il met en scène Joseph Gordon-Levitt dans le rôle d'Edward Snowden. Ce dernier fait même une apparition à la fin du long métrage.

    Photo : Pathé

    À ce moment-là, personne n’avait encore entendu parler de l’aide fournie par les sans-papiers à Edward Snowden.

    Leur rôle apparaît dans le film et les médias du monde entier commencent à s’intéresser à ces « anges gardiens » hors du commun.

    Les vrais réfugiés décident de s’exposer publiquement pour se protéger, sur la recommandation de leur avocat, Robert Tibbo.

    Les sans-papiers Vanessa Rodel et Ajith Pushpakumara posent devant une affiche du film « Snowden », en 2016, à Hong Kong.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Les sans-papiers Vanessa Rodel et Ajith Pushpakumara posent devant une affiche du film «Snowden», en 2016, à Hong Kong.

    Photo : Reuters / Bobby Yip

    Les années qui vont suivre ne seront pas de tout repos pour eux. Très rapidement, leurs demandes d’asile sont toutes rejetées et ils subissent les représailles de Hong Kong.

    Leur aide sociale est coupée, les enfants n’ont plus le droit de fréquenter les écoles publiques. Les quatre adultes et les trois enfants risquent d’être expulsés vers leurs pays d’origine, où ils craignent la mort.

    Quelques membres des familles de Hong Kong qui veulent se réfugier au Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Quelques membres des familles de Hong Kong qui veulent se réfugier au Canada.

    Photo : Getty Images / Isaac Lawrence

    L’avocat Robert Tibbo subit aussi les contrecoups de l’affaire à Hong Kong. Il fait l’objet de plaintes du Barreau local, qui lui reproche d’avoir mis à risque ses clients en leur demandent d’héberger un fugitif.

    Me Tibbo se défend en indiquant que Snowden n’était pas encore accusé à ce moment-là et que ses clients ont accepté volontairement, sans aucune pression. Les réfugiés avaient aussi la consigne de ne pas intervenir si quelqu’un venait chercher le fuyard.

    L’avocat est privé du paiement de centaines d’heures d’aide juridique qui lui sont dues par le gouvernement hongkongais. Il a fini par s'exiler en Europe, fin 2017, se plaignant de pression de la police à son endroit.

    Qu'est devenu Edward Snowden?

    Edward Snowden, photographié sur la terrasse d'un restaurant de Moscou, en juin 2018, par sa petite amie Lindsay Mills. On aperçoit au loin le ministère des Affaires étrangères russe.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Edward Snowden, photographié sur la terrasse d'un restaurant de Moscou, en juin 2018, par sa petite amie Lindsay Mills. On aperçoit au loin le ministère des Affaires étrangères russe.

    Photo : Lindsay Mills/instagram

    Edward Snowden vit toujours en exil en Russie. Son permis de séjour a été renouvelé jusqu’en 2020. Il travaille pour la fondation Freedom of the Press et intervient occasionnellement lors de conférences ou d'entrevues.

    Sa petite amie, Lindsay Mills, l’a rejoint à Moscou où elle publie parfois des photos de leurs activités de couple sur les réseaux sociaux.

    Edward Snowden n’en reste pas moins sur ses gardes, comme il en témoignait dans le cadre du documentaire Terminal F, en 2015 : « Vous ne pouvez pas vous dresser contre l'agence de renseignement la plus puissante au monde sans être complètement libre de tout risque. »

    Qu’est devenu le programme de surveillance de la NSA?

    Les bureaux de la NSAAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

    Les bureaux de la NSA

    Photo : La Presse canadienne

    Fin 2015, une Cour d’appel fédérale américaine a jugé que l’existence de ce programme était illégale.

    En 2018, la NSA a annoncé qu’elle supprimait tous les enregistrements collectés depuis 2015.

    Entre-temps, deux rapports internes concernant ce programme concluent qu’il n’a pas joué un rôle essentiel dans la lutte contre le terrorisme.

    Aux dernières nouvelles, la NSA n’utilise plus l’outil dénoncé par Edward Snowden.

    Début mars 2019, le représentant républicain au Congrès Kevin McCarthy a affirmé que la Maison-Blanche allait certainement laisser tomber ce programme, qui nécessite une réautorisation en décembre.

    International