•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chauffeurs de taxi en grève générale

Un homme attend sur le bord de la rue avant de monter dans un taxi.

Un taxi dans les rues de Saguenay.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À l'instar de leurs collègues ailleurs au Québec, les 200 chauffeurs de taxi du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne prendront aucun client aujourd'hui, pour protester contre le projet de loi qui vise à réformer leur industrie.

Une cinquantaine de chauffeurs de taxi du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont tenu une assemblée à l'hôtel Chicoutimi, dimanche, pour se joindre au mouvement de grève provincial.

À partir de 8 h, des chauffeurs organisent un cortège de la zone portuaire de Chicoutimi jusqu'au bureau de la députée Andrée Laforest. Ils seront escortés par la Sécurité publique de Saguenay, sur le boulevard Talbot où la circulation sera passablement perturbée.

Les chauffeurs veulent dénoncer la déréglementation proposée par le gouvernement Legault. À leur avis, la réforme fera chuter la valeur de leur permis, notamment parce qu'il ne serait plus nécessaire d'en avoir un pour accepter des clients.

On a des gestes à poser qu'on va poser. Lundi, il va y avoir un convoi de voitures de taxi. Vous allez voir, il va y avoir des perturbations. [...] Il y a des députés dans la région. On va aller les rencontrer. On va aller chercher des positions, des points de vue, des engagements. On veut protéger nos jobs, explique Roger Bérubé, président de Taxi Diamond.

Des dizaines de personnes sont assises dans une salle alors que des gens parlent devant.

Les chauffeurs ont tenu une assemblée dimanche.

Photo : Radio-Canada

Dans la région, il y a actuellement 115 permis de taxi dont la valeur va de 60 000 $ à 65 000 $ chacun.

Une rencontre aura lieu mardi avec le ministre des Transports, François Bonnardel. Les chauffeurs sont confiants que leurs demandes seront entendues.

Quand le ministre a su qu'il allait y avoir une grève, je pense que ça l'a fait allumer, alors il a demandé une rencontre avec les dirigeants de taxi. Alors j'ai bon espoir que les choses se règlent, souligne Alexandre Morin, propriétaire de Taxi 2151.

Les chauffeurs sont prêts à une escalade des moyens de pression si leurs revendications ne sont pas considérées.

Les élus de la Coalition avenir Québec (CAQ) de la région n'étaient pas disponibles pour commenter le dossier.

Saguenay–Lac-St-Jean

Société