•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le budget de la Saskatchewan met le NPD en difficulté, selon un analyste politique

Ryan Meili et Trent Wotherspoon un à côté de l'autre dans une salle devant un micro
Le chef du Nouveau parti démocratique, Ryan Meili, ainsi que le porte-parole en matière de finances, Trent Wotherspoon, ont répondu aux questions des journalistes concernant le budget. Ils estiment que l'équilibre budgétaire a un coût pour les Saskatchewanais. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le chef de l'opposition, Ryan Meili, a critiqué la dette de la province à la suite de la présentation du budget provincial mercredi. Pourtant, le rapport des électeurs à la dette publique semble avoir beaucoup évolué et pourrait mettre à mal cet angle d'attaque du chef du NPD.

Après trois budgets déficitaires consécutifs, la Saskatchewan a présenté, mercredi, un budget équilibré.

Selon les prévisions budgétaires, la dette de la Saskatchewan augmentera toutefois de 1,8 milliard de dollars au cours de la prochaine année pour atteindre 21,7 milliards de dollars.

La lutte contre la dette a pourtant été, pendant longtemps, un enjeu politique majeur.

Pour le responsable des études politiques et internationales à l'Université de Regina, Jim Farney, la dette ne joue peut-être plus son rôle d’épouvantail comme précédemment.

Après avoir rappelé les efforts du Parti saskatchewanais, dirigé par Brad Wall, pour rembourser la dette publique, l’universitaire constate que, désormais, les individus « contractent des dettes plus importantes que jamais et sont à l’aise avec ça ».

Il observe que, de la même façon, la dette publique « n'est plus aussi effrayante qu'il y a 20 ans ».

Jim Farney observe que la présentation, mercredi, d’un budget provincial déficitaire n’a finalement suscité que peu de réactions.

Selon lui, les représentants syndicaux et les maires des grandes villes ne sont pas montés au créneau comme ils auraient pu le faire par le passé.

Par conséquent, ce manque de critiques rend la tâche de l’opposition plus difficile, analyse le professeur de l’Université de Regina.

Je pense que le NPD est dans une situation difficile.

Jim Farney, professeur à l'Université de Regina

Cette situation est d’autant plus difficile que le gouvernement de Scott Moe semble répondre indirectement aux préoccupations du NPD.

Ainsi, alors que le NPD avait suggéré une modification des redevances sur la potasse, le gouvernement du Parti saskatchewanais a modifié l’impôt sur la production de potasse, ce qui entraînera une augmentation des recettes de 117 millions de dollars.

De la même manière, alors que le NPD réclamait la création d’une unité permanente d'évaluation de la santé mentale à Saskatoon, le Parti saskatchewanais vient de rendre pérenne cette structure temporaire. Cette annonce s’inscrit dans un engagement en matière de santé mentale et de toxicomanie évalué à 402 millions de dollars, soit une augmentation de 30 millions de dollars.

Enfin, tandis que le NPD demande un nouvel hôpital à Prince Albert, le gouvernement de Scott Moe a aussi annoncé 2,5 millions de dollars pour la conception initiale de l'hôpital de Victoria.

Jim Farney conclut son analyse en considérant qu’il est possible que, d’ici les élections d’octobre 2020, les promesses politiques restent modestes et que les revenus de la province soient finalement plus importants que prévu.

Avec des informations d’Adam Hunter

Saskatchewan

Politique provinciale