•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chauffeurs de taxi de l'Abitibi-Témiscamingue en grève lundi

Siège de Co op Taxi de Rouyn-Noranda
Des chauffeurs de taxi de l'Abitibi-Témiscamingue dénoncent le projet de loi du gouvernement Legault qui prévoit une forte déréglementation de l'industrie. Photo: Radio-Canada / EMILY BLAIS
Emily Blais

Des chauffeurs de taxi de l'Abitibi-Témiscamingue seront en grève lundi. Ils réagissent au projet de loi sur l'industrie du taxi déposé mercredi dernier par le gouvernement Legault.

Avec le nouveau projet de loi, le permis de propriétaire de taxi pour transporter des personnes ne serait plus nécessaire.

Plusieurs personnes se sont endettées pour l'obtenir et espéraient récupérer une partie de leur investissement en le revendant.

Le président du conseil d'administration de Co-op Taxi à Rouyn-Noranda, Marcel Pouliot, craint perdre beaucoup d'argent.

Nos licences à nous sont évaluées à 35 000 dollars ici dans la région. Ça va tomber à zéro. Autrement dit, notre fonds de commerce, notre fonds de retraite ne vaudra plus rien, dit-il.

Le projet de loi prévoit aussi l'abolition du territoire réservé à certains chauffeurs de taxi.

À La Sarre, le propriétaire de Taxi 6000, Dominic Dubé, pense que c'est la faillite qui attend les compagnies comme la sienne.

Je fais du taxi à La Sarre, mais aussi les [municipalités] avoisinantes comme Saint-Janvier [Chazel], Dupuy, Duparquet, Normétal, mais je n'ai pas le droit de faire du taxi à Rouyn, dit-il. Avec la nouvelle loi qu'ils veulent faire, le taxi de Rouyn va pouvoir venir faire du taxi à La Sarre [tout comme] quelqu'un qui veut faire du taxi une fin de semaine ou dans l'année.

Il se dit toutefois conscient de l'impact d'une grève sur sa clientèle.

On s'excuse vraiment de ce dérangement-là, mais on n'a pas le choix pour notre survie de taxi. C'est notre vie. C'est 27 ans de ma vie, explique Dominic Dubé.

La dizaine de chauffeurs de l'entreprise Taxi Union de Rouyn-Noranda ont aussi l'intention de faire la grève lundi.

Ils joignent ainsi le mouvement de protestation d'autres villes de la province comme Montréal, Québec et Gatineau.

Abitibi–Témiscamingue

Politique municipale