•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Norvège : après la panique, le paquebot Viking Sky bien arrivé au port

Le reportage de Kim Vermette
Radio-Canada

Les quelque 1300 passagers, dont 15 Canadiens, à bord du navire de croisière Viking Sky, immobilisé au large de la Norvège samedi en raison d'une panne de moteur, ont pu rejoindre un port refuge sans encombre, dimanche.

Le bateau est arrivé au port de Molde, à 500 kilomètres d'Oslo, vers 16h (heure locale). Plus de 460 passagers avaient auparavant été évacués par hélicoptère.

Le sauvetage des passagers par les airs a eu lieu dans des conditions dantesques, avec des eaux tumultueuses – les vagues s'élevant à plus de huit mètres. Vingt-cinq personnes ont été hospitalisées pour des blessures, a déclaré la police. L'une d'entre elles était blessée gravement.

Affaires mondiales Canada a confirmé que 15 Canadiens se trouvaient à bord du navire lors de l'incident. L'un d'entre eux, qui a été blessé, reçoit de l'aide consulaire, a-t-on précisé.

« Un événement extrêmement grave avec un très gros potentiel pour qu'il y ait de très nombreux blessés et morts », a estimé le commissaire de police Hans Vik, responsable du Centre de secours pour le sud de la Norvège, lors d'une conférence de presse.

Vue du bateau de croisière Viking Sky à partir des côtes de la Norvège.Cinq hélicoptères ont été déployés afin de secourir les passagers du bateau de croisière situé à environ deux kilomètres des côtes norvégiennes. Photo : Reuters

Les passagers ont dépeint des scènes dramatiques.

« J'étais debout, ma femme assise devant moi et, tout à coup, elle n'était plus là. J'ai pensé que c'était la fin », a déclaré Rodney Horgan, passager de la croisière, au micro de la radio publique norvégienne NRK.

Les personnes handicapées et celles qui avaient subi des blessures ont été les premières à être évacuées du paquebot, qui transportait 1373 passagers.

L’atmosphère est redevenue plus calme sur le navire, après un vent de panique durant les premières heures de l’hélitreuillage.

C’était effrayant au départ. Et quand l’alarme générale a sonné, c’est devenu très réel.

Alexus Sheppard, passager du Viking Sky

« Ce sauvetage est d'envergure, il passera à l'histoire », affirme Daniel Dancause, conseiller principal spécialisé en mesures d'urgence et sécurité civile à Prudent Groupe Conseil.

Une foule de passagers attendent, assis, une veste de sauvetage au cou.Les occupants du bateau de croisière Viking Sky ont patienté, vêtus de vestes de sauvetage, avant d'être évacués par hélicoptère. Photo : Associated Press / Michal Stewart

Une zone difficilement navigable

Le paquebot avait lancé un appel de détresse samedi en début d’après-midi après avoir connu une avarie de moteur. Il naviguait alors, dans des conditions météorologiques difficiles, dans une zone notoirement dangereuse au large de la région de Møre og Romsdal, dans l’ouest de la Norvège.

La navigation est difficile sur ce tronçon maritime, connu sous le nom de Hustadvika, au point que les autorités norvégiennes envisagent la construction d’un tunnel pour bateaux dans une montagne du littoral pour éviter les transits en pleine mer.

Après être parvenu à redémarrer l’un de ses moteurs, le navire a été stabilisé à environ deux kilomètres du littoral, en jetant l’ancre dans des eaux jalonnées de récifs. Les autorités avaient alors lancé une impressionnante opération d’évacuation à l’aide de cinq hélicoptères.

Selon la police, la plupart des passagers sont de nationalité britannique ou américaine.

Samedi dans la soirée, les autorités hospitalières disaient avoir accueilli dix personnes, six femmes et quatre hommes. Trois d’entre elles, une nonagénaire et deux septuagénaires, souffraient de fractures graves.

Exploité par l’opérateur norvégien Viking Ocean Cruises, le Viking Sky est un navire moderne, lancé en 2017, qui peut embarquer 930 passagers. En provenance de Tromsø (nord), il devait regagner Stavanger (sud-ouest) lorsqu’il a subi l’avarie.

Le trajet prévu pour sa croisière incluait les villes norvégiennes de Narvik, Alta, Tromso, Bodo et Stavanger, avant son arrivée prévue mardi dans le port britannique de Tilbury.

Un autre navire, le Hagland Captain, est aperçu au loin, sur le point de chavirer.Le navire Hagland Captain a lui aussi été victime des eaux tumultueuses, au large de la Norvège. Photo : Reuters / Norsk Telegrambyra AS

Samedi, les secours ont d’ailleurs dû venir en aide à un autre navire, également victime d’une panne de moteur dans la même zone.

Les neuf membres d’équipage du Hagland Captain ont dû se jeter à l’eau en combinaison de survie pour faciliter leur hélitreuillage alors que leur bateau accusait une gîte prononcée.

Avec les informations de Agence France Presse, et Associated Press

Accidents et catastrophes

International