•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Potager de façade : un citoyen se résigne à payer 1400 $ d'amende à Québec

Le potager urbain de François St-Pierre en 2017.

Ce potager urbain a fait l'objet d'une plainte d'un voisin, laquelle a mené à l'amende reçue par François St-Pierre.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie François St-Pierre

David Rémillard

François St-Pierre, ce citoyen qui avait reçu une amende pour avoir cultivé des légumes en façade sur son terrain à l'été 2017, jette l'éponge. Il n'a plus l'intention de saisir la Cour supérieure afin de faire annuler son amende de 1400 $, confirmée par la Cour municipale l'été dernier.

Venant tout juste de lancer son entreprise d'agriculture urbaine, il dit ne plus avoir d'énergie à déployer dans ce dossier. Malgré tout, il dit "mission accomplie".

M. St-Pierre croit en effet que sa cause a forcé la Ville à annoncer, le mois dernier, qu'elle permettrait dorénavant les potagers de façade sous certaines conditions.

« Le règlement a changé. Les démarches en Cour supérieure, avec les avocats et tout, je ne suis pas certain que j'ai envie de me lancer là-dedans », a-t-il confié à Radio-Canada

Appuis citoyens

Malgré ces changements, la Ville a déjà confirmé qu'elle n'annulerait pas la contravention de M. St-Pierre, car les règles de 2017 interdisaient ses installations sur le toit et à l'avant de sa résidence de Sillery.

Pour l'aider à payer son amende, M. St-Pierre vient donc de lancer une collecte de fonds. Il se permet de solliciter le public puisque ce dernier l'a appuyé massivement dans ses démarches.

Plus de 10 000 citoyens avaient signé la pétition qu'il avait lancée l'automne dernier. L'ancien conseiller municipal Paul Shoiry avait également soutenu sa cause.

Québec

Agriculture