•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Financement du tramway : Guilbault et Duclos s’accusent mutuellement

Esquisse du projet de tramway à Québec

Esquisse du projet de tramway à Québec

Photo : Ville de Québec

Alexandre Duval

La colère de Régis Labeaume en réaction au budget provincial, déposé jeudi, met à la fois Québec et Ottawa dans une position inconfortable. Les deux paliers de gouvernement s'accusent mutuellement de ne pas réellement s'engager pour financer le futur réseau de transport structurant de la capitale.

En marge du défilé de la Saint-Patrick, samedi, la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, a habilement évité de dire si elle avait été surprise par la furie de M. Labeaume après la présentation du budget de son gouvernement.

« J'encourageais déjà M. Labeaume, publiquement et en privé, à mettre la pression au bon endroit », a-t-elle répondu, faisant clairement référence au gouvernement fédéral.

De notre côté, c'est très clair : on a toujours dit qu'on mettrait 1,8 milliard, on a déposé un budget et c'est écrit noir sur blanc qu'on met 1,8 milliard.

Geneviève Guilbault, députée provinciale de Louis-Hébert

Mais ce n’est pas précisément ça qui avait entraîné la colère du maire Labeaume, jeudi dernier.

C’est plutôt que le budget provincial n’expliquait pas comment il utiliserait les fonds fédéraux disponibles pour sécuriser les 1,2 milliard de dollars manquants et ainsi boucler le financement du projet de tramway.

« Je pense qu'il est évident que c'est au fédéral de s'engager à comprendre l'importance et l'urgence de la situation et à s'engager, une fois pour toute, pour 1,2 milliard », a résumé Geneviève Guilbault.

C'est à eux à faire la démonstration qu'ils appuient réellement le projet de tramway et je m'attends à ce que les élus fédéraux de la région de Québec continuent de faire pression sur leurs collègues d'Ottawa.

Geneviève Guilbault, députée provinciale de Louis-Hébert

Duclos réplique

Également présent à la fête de la Saint-Patrick, le député fédéral de Québec, Jean-Yves Duclos, a maintenu la ligne de son gouvernement : les sommes sont disponibles, mais c’est au provincial de les utiliser adéquatement.

« Le gouvernement de la CAQ dit qu'il a d'autres priorités avant celle de favoriser le projet de la Ville de Québec », a laissé entendre M. Duclos.

On aimerait bien savoir quelles sont ses autres priorités parce qu'on a toujours cru et on croit encore que la priorité du gouvernement du Québec - c'était le cas avec M. Couillard et ça devrait être le cas aussi avec M. Legault - c'est de financer ce réseau de transport pour la Ville de Québec.

Jean-Yves Duclos, député fédéral de Québec

M. Duclos a clairement indiqué que « le gouvernement fédéral […] va être là pour appuyer le projet de la Ville de Québec ».

Son collègue François-Philippe Champagne, ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, a d’ailleurs expédié une lettre au maire Régis Labeaume, plus tôt cette semaine, pour marteler ce même message.

À Québec de décider

Lors de la présentation de son propre budget, mardi dernier, le gouvernement fédéral avait bonifié de 500 millions de dollars les transferts de la taxe sur l’essence pour le Québec.

Cette somme, avait-on alors expliqué, pourrait être utilisée par le gouvernement provincial pour financer le réseau de transport structurant.

À cela s’ajoute une enveloppe fédérale pour le transport en commun, mais les 5,2 milliards de dollars qu’elle contient sont distribués en fonction de l’achalandage actuel des réseaux de transport.

Autrement dit, Montréal s’attirerait la part du lion, ne laissant que peu d’argent pour la Ville de Québec.

Enfin, le Fonds fédéral pour l’infrastructure verte est aussi disponible pour le gouvernement provincial afin de boucler le financement du tramway.

Or, les 1,8 milliards de dollars qu’il contient sont dédiés à l’ensemble des municipalités du Québec.

Québec

Transport en commun