•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un podium rêvé pour Alex Harvey à Québec

Alex Harvey a soulevé la foule de Québec en remportant une médaille d'argent à son avant-dernière épreuve en carrière, samedi. Photo: Radio-Canada / Guillaume Piedboeuf
Guillaume Piedboeuf

Le rêve d'Alex Harvey et de milliers de spectateurs réunis sur les plaines d'Abraham, samedi midi, est devenu réalité. À son avant-dernière course en carrière, le skieur de Saint-Ferréol-les-Neiges a signé une improbable deuxième position devant les siens, s'écroulant au sol et fondant en larmes après avoir franchi le fil d'arrivée.

L’image aurait difficilement pu être plus belle à la veille de sa retraite. Alex Harvey acclamé pas la foule locale, pleurant dans les bras de son père Pierre, enlacé et félicité par des adversaires de tous les pays au terme de la course de 15 km classique des finales de la Coupe du Monde de Québec.

Ça fait du bien. Ç'a été une saison un peu difficile, mentalement beaucoup, a avoué l’athlète de 30 ans, la voix cassée par l’émotion, quelques minutes après être grimpé sur le podium avec les Norvégiens Johannes Klaebo et Didrik Toenseth.

Le vainqueur Klaebo a même insisté pour céder la plus haute marche du podium à Harvey afin de rendre hommage au héros local.

Johannes Klaebo, vainqueur du 15 km classique départ groupé de Québec, laisse la plus haute marche du podium à Alex Harvey.Johannes Klaebo, vainqueur du 15 km classique départ groupé de Québec, laisse la plus haute marche du podium à Alex Harvey. Photo : Getty Images / MARTIN OUELLET-DIOTTE

Plus émotif que jamais

De son propre aveu, jamais le Québécois aux 28 médailles en Coupe du Monde n’avait été aussi émotif après une course. Pas même après son sacre de champion du monde à l'épreuve du 50 km, il y a deux ans.

Après une saison en demi-teinte au cours de laquelle il a éprouvé certaines difficultés en classique, Alex Harvey ne devait pas se retrouver sur le podium, samedi.

C’est surtout dimanche, à la poursuite en style libre, qu’il rêvait à un dernier podium en guise d’adieu à ses partisans.

Pouvoir retourner sur le podium comme ça, je ne dirais pas que c’est inespéré, mais il y a eu beaucoup de travail mental hier soir dans ma chambre pour chasser les mauvaises pensées.

C’est son entraîneur de toujours, Louis Bouchard, qui a le mieux résumé le résultat de samedi. C’est surprenant et ce ne l’est pas en même temps. Il a fait ça toute sa carrière, performer au bon moment.

Un sprint endiablé

Resté parmi les meneurs durant toute la course, Harvey bataillait encore avec quatre autres coureurs au moment d’amorcer les derniers 100 mètres du parcours. Rien n’était encore joué.

Porté par le rugissement de la foule réalisant l’ampleur du moment, l’athlète de 30 ans s'est alors lancé dans un sprint endiablé auquel seul Klaebo a su résister.

Coude-à-coude avec le Russe Alexander Bolshunov au classement général de la Coupe du Monde, le Norvégien de 22 ans a profité d’un bris de bâton de son rival pour prendre une sérieuse option sur le titre à la veille de la dernière course de la saison, une poursuite de 15 km en style libre, dimanche.

Alex HarveyAlex Harvey Photo : Ski de fond Canada / ANDRE OLIVIER LYRA

Un modèle pour ses adversaires

N’empêche, Johannes Klaebo n’avait pas le coeur à parler de sa propre victoire, samedi, préférant faire l’éloge d’Alex Harvey. C’est lui le vrai gagnant aujourd’hui. C’était incroyable de voir la quantité de gens qui étaient là pour l’encourager. Il mérite ce qui lui arrive et c’est un modèle pour nous.

Même son de cloche chez Didrik Toenseth, qui a préféré se réjouir d’avoir été dépassé à quelques mètres de l’arrivée. Je croyais en mes chances de l’emporter, mais je n’ai pas été capable de suivre à la fin. Je suis vraiment heureux pour Alex. Ici, aujourd’hui, si quelqu’un avait à me battre je suis content que ce soit lui.

Quant à Bolshunov, l’un des deux skieurs russes qui avaient devancé Alex Harvey au 50 km des Jeux de Pyeongchang, l’hiver dernier, le bris de bâton en fin de course qui l’a possiblement privé d’un podium avait des airs de revanche du destin en cette grande journée pour le Québécois.

En plus d’Alex Harvey, son coéquipier de longue date de l’équipe nationale canadienne, Len Valjas, disputera également la dernière course de sa carrière, dimanche. Le sympathique Torontois, qui s'est longtemps entraîné au Centre national d'entraînement Pierre Harvey, a pris le 32e rang du 15 km classique, samedi.

Ski de fond

Sports