•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Restigouche : une initiative pour freiner l’exode des jeunes

Restigouche : combattre l'exode des jeunes
Radio-Canada

L'exode des jeunes en milieu rural est un phénomène qu'on constate au Nouveau-Brunswick comme ailleurs. Mais depuis quelques années, une initiative du Centre d'entrepreneurship du Restigouche a réussi à convaincre de jeunes adultes à rester dans leur région pour gagner leur vie.

L’événement « Restigouche, Mon Choix! » est même parvenu à en ramener quelques-uns à la maison.

Pénurie de main-d’oeuvre

Mélissa Chouinard, de Balmoral, et Pier-Luc Allard, natif d’Eel River Dundee, ont quitté leur région il y a plusieurs années pour aller s'établir à Moncton. Mais l'idée de revenir leur trotte dans la tête depuis déjà un bout de temps.

En s'inscrivant à l'activité « Restigouche, Mon Choix! », le jeune couple et les autres participants reçoivent des conseils pour rester dans la région, ou y revenir.

Geneviève Aubut le 23 mars 2019.Geneviève Aubut, du Centre d’entrepreneurship du Restigouche. Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

On se fait dire beaucoup “y’a rien par ici, y'a pas de jobs, va ailleurs, tu vas avoir de meilleurs salaires”, explique Geneviève Aubut, une agente du Centre d’entrepreneurship du Restigouche.

Mais c’est que la région vit pourtant une pénurie de main-d’oeuvre dans plusieurs secteurs. On veut les faire venir à notre événement pour leur ouvrir les yeux par rapport à cette réalité-là, dit Mme Aubut.

Depuis la mise sur pied de l'événement il y a six ans, les organisateurs disent que plus de 80 % des participants se sont trouvé un emploi. Certains auprès d’Agence résidentielle Restigouche, qui offre plusieurs services pour les personnes à besoins spéciaux.

À chaque fois, je recrute des gens à cet événement, dit la directrice générale de l’organisme, Marie-France Maltais.

Il y en a, depuis six ans passés, qui sont encore avec nous, ajoute-t-elle.

Réseautage

La quinzaine de participants ont eu l'occasion de rencontrer des employeurs potentiels et de vendre leurs talents.

Mais pour Mélissa Chouinard et Pier-Luc Allard, le retour au bercail est déjà un fait accompli.

Pier-Luc pourra conserver son poste de développeur de logiciels à distance, alors que Mélissa commence un nouvel emploi en pharmacie dans une semaine.

D’après le reportage de Serge Bouchard

Nouveau-Brunswick

Emploi