•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Canola : les agriculteurs des Prairies sont dans l’attente

Un champ de canola sous un ciel bleu clair.
Un champ de canola dans la région d'Edenwold, près de Regina, en Saskatchewan. Photo: Radio-Canada / Richard Spaeth
Radio-Canada

Alors que les importateurs chinois ont, pour le moment, renoncé à acheter du canola canadien, les réactions des experts et des cultivateurs des Prairies sont contrastées.

Bien que la Chine représente 40 % des exportations canadiennes de canola, Richard Gray, professeur d'économie de l’agriculture à l’Université de la Saskatchewan, se montre rassurant.

Il estime que la situation « n’est pas si catastrophique », et qu’il pourrait y avoir des effets compensatoires. Ainsi, d’autres marchés, comme les États-Unis, le Japon ou le Mexique, pourraient acheter davantage de canola canadien. Cela pourrait notamment être le cas des États-Unis, particulièrement s’ils devaient vendre plus de céréales à destination de la Chine.

De son côté, le président de la Commission des producteurs de canola de l’Alberta, John Guelly, estime que les agriculteurs pourraient se reconvertir dans d’autres cultures. Le canola pourrait être délaissé au profit du soja ou de légumineuses.

Toutefois, il reconnaît que « chaque culture a ses propres défis, notamment concernant ses modes de distribution, et il est difficile de choisir la voie à privilégier ».

Pour sa part, le vice-président de l’Association des producteurs agricoles de la Saskatchewan, Ian Boxall, considère que la situation actuelle est difficile pour les cultivateurs de canola.

« En cas de chute de ce marché, les mauvais résultats financiers des agriculteurs affecteront l’ensemble des communautés », soutient Ian Boxall, qui est exploitant agricole près de Tisdale, à 230 km au nord-est de Saskatoon.

Les graines de canola de la Saskatchewan se sont vendues 562 $ la tonne en 2017. La crise soudaine du canola a toutefois fait chuter les prix de la récolte. Pour la livraison en mai, le prix est passé à 458 $ la tonne, vendredi.

En Saskatchewan, les producteurs locaux ont exporté 6,4 millions de tonnes de graines de canola, 2,1 millions de tonnes de tourteau de canola et 1,5 million de tonnes d'huile de canola en 2017.

L'année dernière, l'exportation de canola vers la Chine a rapporté 2,7 milliards de dollars.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a publié vendredi un communiqué dans lequel il annonce avoir demandé « au gouvernement fédéral de renforcer son engagement au niveau diplomatique afin de remédier à cette situation le plus rapidement possible ».

Avec des informations de Creeden Martel et de CBC

Saskatchewan

Agriculture