•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour Doug Ford, les médias traditionnels sont inutiles

Un homme avec une cravate assi sur une siège.
Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford. Photo: La Presse canadienne / Frank Gunn
La Presse canadienne

Pour le premier ministre ontarien Doug Ford, les journalistes travaillant dans les médias traditionnels sont devenus inutiles, car les médias sociaux lui permettent de parler directement aux électeurs.

Au cours d'une conférence réunissant des théoriciens, des stratèges et des politiciens conservateurs, M. Ford en a rajouté en déclarant que les journalistes sont en train de perdre la bataille pour informer la population.

M. Ford a aussi accusé les journalistes d'être des extrémistes de gauche et de déformer les discours des personnalités politiques.

Les journalistes récupèrent ce qu'on dit. Ils coupent et coupent et ils tordent et tordent. Nous avons parlé directement aux gens. Les journalistes savent qu'ils sont en train de perdre la bataille, a-t-il déclaré à la conférence Manning Networking.

Selon lui, les réactions aux reportages politiques des grands médias n'ont plus d'importance en raison de l'existence des réseaux sociaux. Les politiciens peuvent aujourd'hui les utiliser pour contourner les médias.

M. Ford s'est vanté que son site de campagne Ford Nation Live avait reçu 18 millions de visites. Il veut poursuivre cette stratégie maintenant qu'il est premier ministre.

Attaquer les médias est une des tactiques favorites du président américain Donald Trump, mais M. Ford refuse d'être comparé à lui : Les gens disent toujours :"Oh, vous êtes comme Trump". Non, je suis Doug Ford. Je ne suis pas Donald Trump.

M. Ford a promis de combattre farouchement le projet du gouvernement d'imposer une taxe sur les émissions de carbone dans sa province à compter du mois prochain.

La taxe sur le carbone est une taxe avec le mot carbone devant elle et elle ne fait absolument rien pour l'environnement, rien du tout, a-t-il soutenu.

Toronto

Politique provinciale