•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Catherine Fournier dit avoir près de 1500 signatures sur sa plateforme web

Catherine Fournier devant un lutrin.
La député de marie-victorin Catherine Fournier a quitté le caucus du PQ pour siéger comme députée souverainiste indépendante Photo: Radio-Canada
La Presse canadienne

La plateforme web lancée par la députée Catherine Fournier le jour où elle a quitté le bateau péquiste a recueilli à ce jour près de 1500 signatures de gens prêts à s'allier pour la souveraineté, dit-elle.

L'ex-députée du PQ a claqué la porte du parti il y a deux semaines pour siéger comme souverainiste indépendante. Le même jour, elle a lancé la plateforme en ligne « Oui, il faut que ça bouge ».

Elle sert à recueillir les noms des gens qui veulent participer à la suite des choses en partageant leurs idées pour le rassemblement des forces souverainistes, ceux qui croient qu'il faut aller au-delà de ce qui divise dans le mouvement pour se recentrer autour de ce projet de longue date : faire du Québec un pays.

L'idée est de rassembler les Québécois qui souhaitent s'impliquer et faire fi des divisions internes et partisanes. Mais loin du chapeau du PQ.

Car la cause est plus grande que les partis, a soutenu celle qui est la députée de Marie-Victorin, en Montérégie, depuis 2016.

La députée de 26 ans a fait connaître ce chiffre le jour où le Parti québécois se réunit à Trois-Rivières pour son conseil national de deux jours.

Elle soutient ne pas avoir de plans précis pour la suite des choses, même si elle n'écarte pas catégoriquement la création d'un nouveau parti politique.

Il n'a pas encore été précisé quelles démarches elle entend entreprendre avec ceux qui ont apposé leur nom dans ce registre.

Politique provinciale

Politique