•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'EI a été vaincu, selon les forces armées soutenues par les États-Unis

Un membre des Forces démocratiques syriennes se tient des centaines d'armes déposées sur le sol.
Lors de la prise de Baghouz, les Forces démocratiques syriennes ont mis la main sur des centaines d'armes que détenaient jusqu'alors les combattants djihadistes. Photo: Getty Images / Chris McGrath
Radio-Canada

Le groupe armé État islamique (EI) s'est fait ravir le village de Baghouz, son dernier bastion en Syrie, lors de l'ultime victoire de la coalition arabo-kurde soutenue par les Occidentaux contre les djihadistes, ont annoncé samedi les Forces démocratiques syriennes (FDS).

« Les FDS déclarent la totale élimination du soi-disant califat et une défaite territoriale à 100 % de l'EI », a déclaré un porte-parole de la force militaire, Mustafa Bali, par communiqué.

La chute de Baghouz, un village de l’est de la Syrie situé près de la frontière irakienne, est le résultat de quatre ans de combats et d’efforts entrepris par la coalition internationale, menée par les États-Unis, pour venir à bout de l’EI.

Après des mois de violents affrontements avec les plus irréductibles des combattants de l'EI, les FDS ont pu lever leur drapeau sur Baghouz pour célébrer la victoire.

Baghouz est libre et la victoire militaire contre Daech a été remportée.

Mustafa Bali, porte-parole des FDS

Lors d'une cérémonie dans le champ pétrolier d'Al-Omar, le commandement général des FDS, Mazloum Kobane, a promis de poursuivre les opérations militaires pour éliminer les cellules dormantes de l'EI.

M. Kobane a aussi demandé au régime syrien de reconnaître l'administration autonome qui dirige les zones aux mains des FDS dans le nord-est de la Syrie et a réclamé à la Turquie de retirer ses troupes du nord du pays.

En février, quelques semaines après l'annonce du retrait des 2000 soldats américains déployés en Syrie, le président Donald Trump annonçait déjà la fin imminente de l'EI et prédisait une annonce officielle d'ici la mi-février.

Samedi, le président américain s'est félicité de la « libération » du territoire de l'EI. Les États-Unis « vont rester vigilants [...] afin d'éradiquer l'État islamique partout où il est actif », a-t-il ajouté dans un communiqué.

Plus de 750 militaires des FDS morts au combat

De son côté, le président français Emmanuel Macron a souligné la « détermination » des armées de la coalition internationale qui a permis de faire tomber le « dernier bastion de Daech », mais a également estimé que la lutte contre les groupes terroristes devait continuer.

« En cette journée, nous rendons hommage aux milliers de martyrs dont les efforts ont contribué à cette victoire », a encore ajouté samedi le porte-parole des FDS sur Twitter.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), plus de 750 combattants des FDS ont péri dans les combats, tandis que presque le double des djihadistes ont trouvé la mort.

Au plus fort de son règne, en 2014, l’organisation terroriste comptait de larges pans de territoire en Syrie et en Irak – l’équivalent de la superficie du Royaume-Uni. Sous son joug, des millions de civils se sont retrouvés pris en otage, soumis à la stricte interprétation des djihadistes de la loi islamique (charia).

Des milliers de femmes et de filles de la minorité religieuse yézidie ont été faites prisonnières et forcées à l’esclavage sexuel. Encore à ce jour, nombre d’entre elles sont portées disparues.

Malgré l’annonce des FDS, les membres de l’EI continuent de mener leur combat, que ce soit par l’intermédiaire d’attaques visant des pays occidentaux, ou par des affiliations à des groupes actifs en Afghanistan ou dans la péninsule égyptienne du Sinaï.

Quelques heures avant l'annonce de sa défaite, l'EI a rejeté les déclarations sur la fin du califat. Dans une vidéo diffusée sur ses comptes sur les réseaux sociaux, il a appelé ses partisans à mener des attaques contre « les ennemis » en Occident.

Le chef et calife autoproclamé Abou Bakr Al-Baghdadi demeure introuvable alors que les Américains le soupçonnent d'être caché en Irak.

État islamique, le règne de la terreur
Avec les informations de Associated Press, Agence France-Presse, et Reuters

Conflits armés

International