•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, il n’y a pas de génocide des chrétiens au Nigeria

Un article du site Les Manchettes prétend que 6000 chrétiens auraient tués dans un génocide au Nigeria. Le titre est « Génocide pur: plus de 6 000 chrétiens nigérians égorgés, des femmes et des enfants ». La photo qui accompagne l'article montre des corps dans une fosse commune.

Un article du site Les Manchettes prétend que 6000 chrétiens auraient tués dans un génocide au Nigeria

Photo : Capture d'écran

Des organisations chrétiennes et des sites Internet de droite, tels que Breitbart, rapportent que des chrétiens seraient massacrés par des musulmans au Nigeria sans que les médias en parlent. Certains évoquent même un génocide. Cependant, bien que des chrétiens aient été tués dans le pays ces dernières années – une situation largement couverte par la presse internationale –, il ne s'agit ni d'un génocide ni d'un conflit religieux.

Le centre du Nigeria a connu une montée de la violence ces dernières années. Cependant, la situation est bien plus complexe que ce qui a été rapporté par certaines organisations.

Certaines publications en ligne exagèrent le bilan des victimes et utilisent des photos trompeuses pour parler de ces événements. Contrairement à ce qu’affirment ces sites Internet, les grands médias internationaux ont régulièrement couvert ces attaques depuis des années.

Des hommes marchent à côté de cercueils de victimes des milices peules à Makurdi, au Nigeria, le 11 janvier 2018. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des cercueils de victimes des milices peules à Makurdi, au Nigeria, le 11 janvier 2018.

Photo : Reuters / Afolabi Sotunde

Un conflit entre fermiers et éleveurs

Le Nigeria connaît depuis des siècles des tensions entre deux groupes de la population : des éleveurs de bétail et des fermiers.

Les éleveurs appartiennent au peuple des Peuls – aussi appelés Fulanis – qui sont majoritairement de confession musulmane. Les membres de ce peuple nomade se retrouvent à travers l’Afrique de l’Ouest, mais au Nigeria ils vivent principalement dans le nord du pays.

Les fermiers, quant à eux, vivent plus au sud et sont sédentaires. La plupart d'entre eux sont des chrétiens de divers groupes ethniques, mais certains sont des musulmans.

Dans la région centrale du Nigeria, les territoires de ces deux groupes se chevauchent. D’un côté, les éleveurs peuls cherchent constamment des pâturages où faire brouter leur bétail. De l’autre côté, les agriculteurs cultivent les terres arables.

Un fermier est penché sur des plants de riz à Dabua, dans l'État de Bauchi, au Nigeria, le 2 mars 2017.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un fermier cultive le riz à Dabua, dans l'état de Bauchi, au Nigeria.

Photo : Reuters / Afolabi Sotunde

Cependant, les changements climatiques engendrent des sécheresses et de la désertification, et les terres fertiles se font de plus en plus rares. Les fermiers reprochent alors aux éleveurs d’emmener leur bétail brouter sur leurs terres et de détruire leurs récoltes. Les éleveurs, quant à eux, affirment que les fermiers s’en prennent à leurs animaux.

De plus, en 2017, les États centraux de Benue et de Taraba ont instauré des lois interdisant le libre pâturage du bétail, ce qui a suscité la colère des éleveurs nomades peuls. L’explosion démographique au Nigeria accroît la compétition pour les ressources naturelles.

Un berger peul marche avec son bétail.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un berger peul marche avec son bétail, à Paiko au Nigeria, le 27 novembre 2018

Photo : Reuters / Afolabi Sotunde

Cette lutte pour les terres fertiles est la bougie d’allumage du conflit. Mais un autre facteur rend les affrontements encore plus sanglants. Une partie des milices peules s’est emparée de fusils d’assaut importés clandestinement au Nigeria par le groupe terroriste Boko Haram, qui sévit dans le nord du pays. Les agriculteurs ont un accès plus restreint à de telles armes. En conséquence, dans ce conflit, les éleveurs sont plus lourdement armés.

Pas un génocide

Les tensions entre éleveurs et fermiers perdurent depuis des siècles au Nigeria, mais la situation s’est envenimée dans la dernière décennie. Selon le Global Terrorism Index (Nouvelle fenêtre), depuis 2011, les milices peules ont tué environ 3000 personnes dans les villages d'agriculteurs – des chrétiens, mais aussi des musulmans – soit beaucoup moins que le chiffre de 6000 morts en un an avancé par l'Association chrétienne du Nigeria.

De plus, des attaques ont également été commises envers des civils peuls. Par exemple, selon des informations colligées par le Council on Foreign Relations (Nouvelle fenêtre), depuis le 1er février 2019, les affrontements ont fait 158 victimes chez les fermiers et 138 chez les Peuls. En comptabilisant les victimes des deux camps (Nouvelle fenêtre), Amnistie internationale estime que ce conflit a coûté la vie à plus de 3600 personnes entre 2016 et 2018.

Des manifestants tiennent des pancartes avec des messages qui dénoncent les violences commises par des milices peules, à Abuja au Nigeria, le 16 mars 2017.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des manifestants dénoncent les violences commises par des milices peules, à Abuja au Nigeria, le 16 mars 2017.

Photo : Reuters / Afolabi Sotunde

Plusieurs organisations humanitaires ont reproché au gouvernement nigérian son inaction dans le conflit, ce qui amène les deux groupes à se faire justice eux-mêmes. Amnistie internationale a constaté en 2018 (Nouvelle fenêtre) que les attaques des deux côtés étaient commises dans un cycle de représailles.

Dans un tel contexte, il n’est pas approprié de parler de génocide, selon le professeur Khalid Medani, responsable du programme d’études africaines de l’Université McGill. « C’est un conflit autour des ressources », dit-il.

La majorité des chrétiens et des musulmans au Nigeria ne sont pas en conflit.

Khalid Medani, responsable du programme d’études africaines, Université McGill

« Un génocide implique un groupe entier de gens, par exemple, si tous les musulmans du Nigeria ou tous les musulmans peuls avaient l’intention d’éradiquer les chrétiens, explique M. Medani. Ce conflit implique une milice du groupe des éleveurs peuls et c’est une situation très différente d’un génocide. » En outre, seule une minorité des Peuls du pays est impliquée dans ces attaques.

La dimension religieuse existe, mais elle est secondaire. Par exemple, les massacres perpétrés par Boko Haram ont attisé la méfiance des chrétiens envers les musulmans, bien que les éleveurs peuls ne soient pas affiliés au groupe djihadiste.

Des femmes et des enfants se tiennent près de leurs biens après avoir été évacués de leur village en raison de violences interethniques à Yelwa au Nigeria, le 4 mai 2004.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des familles musulmanes sont évacuées du village de Yelwa, au Nigeria, après des violences interethniques, le 4 mai 2004.

Photo : Reuters / George Esiri

Une situation semblable au Mali

Le Mali est également le théâtre d’un conflit sanglant entre Peuls et deux peuples d’agriculteurs, les Bambaras et les Dogons. Samedi dernier, 134 Peuls ont été tués par des hommes armés vêtus des habits traditionnels de l’ethnie dogon. L’armée et des groupes djihadistes ont également été impliqués dans les affrontements au Mali ces dernières années.

Des photos trompeuses

Certains sites Internet utilisent des photos trompeuses pour illustrer le conflit au Nigeria.

Par exemple, la photo ci-dessous a été publiée dans un article de 2018 affirmant qu’il y a un « génocide » contre les chrétiens au Nigeria. En examinant attentivement l’image, on constate que les véhicules en arrière-plan correspondent à ceux de la milice civile d’autodéfense qui lutte aux côtés de l’armée nigériane contre le groupe Boko Haram dans l’État de Borno, dans le nord du pays. Les corps sur cette photo seraient donc ceux de membres du groupe djihadiste. Cette image circule sur Internet depuis au moins 2014.

Une photo qui circule sur les réseaux sociaux depuis au moins 2014 montre des corps enterrés dans une fosse commune.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une photo qui circule sur les réseaux sociaux depuis au moins 2014 montre des corps enterrés dans une fosse commune. Elle est parfois utilisée pour illustrer les meurtres de chrétiens au Nigeria, mais les cadavres seraient plutôt ceux de membres du groupe Boko Haram.

Photo : Capture d'écran

Autre exemple, la photo suivante a été présentée par le site nigérian 9News comme ayant été prise lors d’une attaque perpétrée par des Peuls en 2018. Une vérification du site AfricaCheck (Nouvelle fenêtre) a plutôt démontré que la photo a été prise en Centrafrique en 2013.

Pillage d’un magasin musulman par des chrétiens dans le quartier 
« Combattants » à Bangui.
© Pierre Terdjman
Exposition produite par Paris Match

Christians looting a Muslim shop in the “Combattants” district of Bangui.
© Pierre Terdjman
Exhibition: Paris Match
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pillage d’un magasin musulman par des chrétiens dans le quartier « Combattants » à Bangui, en Centrafrique

Photo : Pierre Terdjman

Les dangers de l’instrumentalisation du conflit

Ce conflit a souvent été présenté par des sites de la droite américaine, comme Breitbart, et par des organisations chrétiennes, comme étant un massacre de chrétiens par des musulmans. Le site Breitbart a faussement présenté les éleveurs peuls comme étant des djihadistes et prétend à tort que les grands médias ne couvrent pas le conflit.

Lors de la visite du chef d'État nigérian Muhammadu Buhari à la Maison-Blanche en mai 2018, le président américain Donald Trump a également évoqué la situation en ces termes : « Nous avons eu des problèmes très sérieux avec les chrétiens qui ont été tués au Nigeria. Nous allons travailler sur ce problème, car nous ne pouvons pas laisser cela se produire. »

Le président américain Donald Trump et le président nigérian Muhammadu Buharu à la Maison-Blanche, le 30 avril 2018.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président américain Donald Trump et le président nigérian Muhammadu Buharu à la Maison-Blanche, le 30 avril 2018.

Photo : Reuters / Carlos Barria

Cette récupération du conflit risque d’envenimer la situation sur le terrain, selon le professeur Khalid Medani. « Quand des gens de l’extérieur instrumentalisent le conflit, cela influence les décisions que prennent les leaders des milices des deux camps, explique-t-il. D’une certaine façon, cela crée un conflit par procuration. Sous l’influence d’agents externes, comme les États-Unis et des groupes chrétiens, les leaders de ces communautés se mobilisent autour de la religion dans le but d’obtenir de l’aide étrangère. »

Selon lui, à ce moment, des gens qui n’étaient pas concernés par le conflit au départ peuvent être amenés à s’y impliquer. « Cela risque alors de devenir un conflit entre musulmans et chrétiens, et cela mène toujours à une plus grande violence », prévient-il.

[Les Nigérians à qui j’ai parlé] ne le perçoivent pas comme un conflit entre l’islam et le christianisme. Mais les gens de l’extérieur ne comprennent pas cela et le fait qu’ils instrumentalisent la situation pour leurs propres intérêts politiques est très dangereux, car cela peut accroître l’étendue du conflit.

Khalid Medani, responsable du programme d’études africaines, Université McGill

Selon le chercheur, une des avenues pour régler le conflit sera de laisser aux autorités locales une plus grande autonomie dans la gestion de leurs ressources naturelles. Des organisations humanitaires telles qu'Amnistie internationale (Nouvelle fenêtre), Human Rights Watch (Nouvelle fenêtre) et l'International Crisis Group (Nouvelle fenêtre) ont aussi exhorté l’État nigérian à traduire en justice les auteurs des attaques et à assurer une meilleure protection à la fois des fermiers et des éleveurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !