•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario finance 1157 lits de soins de longue durée pour désengorger les hôpitaux

Des infirmières passent dans le couloir d'un hôpital.

Le gouvernement progressiste-conservateur a promis d'ajouter 15 000 lits de soins de longue durée sur cinq ans

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La ministre de la Santé de l'Ontario, Christine Elliott, a annoncé l'ajout de 1157 lits dans les établissements de santé de la province, dans le cadre de nouveaux projets de soins de longue durée. Ces mesures visent à désengorger les hôpitaux et lutter contre la médecine de couloir.

Ces lits aideront à réduire les temps d'attente pour les personnes qui ont besoin de soins immédiats, a déclaré la vice-première ministre Christine Elliott vendredi.

Cela aidera également à désengorger les hôpitaux en permettant aux infirmières et aux médecins de prodiguer des soins aux patients comme ils ont été formés pour le faire, c’est-à-dire dans les chambres d'hôpital et non dans les couloirs et les salles d'entreposage d'hôpitaux, dit-elle.

Le gouvernement progressiste-conservateur a promis d'ajouter 15 000 lits de soins de longue durée sur cinq ans.

L'annonce de vendredi porte à 7232 le nombre total de lits promis.

La ministre Elliott avance toutefois que l’ensemble de ces lits ne seront offerts que d’ici deux ans.

Les 16 nouveaux projets de soins de longue durée annoncés vendredi comprennent l'ajout de :

  • 256 lits au nouvel établissement de soins gériatriques du Yee Hong Centre for Geriatric Care à Markham ;
  • 160 lits au Westmount Lodge à Orillia et ;
  • 132 lits au projet d'agrandissement du Maple View Lodge à Athens, au nord-ouest de Brockville.

La ministre Elliott indique que l’ajout de nouveaux lits de soins de longue durée devrait alléger les pressions exercées sur les hôpitaux pour qu'ils soient prêts à accueillir une population vieillissante.

Le Syndicat canadien de la fonction publique affirme toutefois que l'augmentation du nombre de lits ne constitue qu'une partie de la solution.

Dans une déclaration à CBC/Radio-Canada, les représentants syndicaux mettent le gouvernement en garde contre le fait que ce dernier ne semble pas payer pour du personnel supplémentaire financé en fonction de l’ajout du nombre de lits.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Médecine