•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 200 chauffeurs de taxi en grève dès lundi au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Un homme attend sur le bord de la rue avant de monter dans un taxi.
Un taxi dans les rues de Saguenay. Photo: Radio-Canada
Gilles Munger

Ils seront au-delà de 200 chauffeurs et propriétaires de taxis à faire la grève dans la région lundi. Ils veulent protester contre le projet de loi sur la déréglementation des services de taxi déposé par le gouvernement caquiste mercredi.

Les entreprises estiment que cette déréglementation aura pour effet de favoriser la plateforme Uber et de faire chuter la valeur des permis de taxis pour lesquels ils se sont souvent endettés.

Dans la région, il y a actuellement 115 permis de taxis qui valent de 60 000 $ à 65 000 $ en moyenne. Uber est toujours absent du territoire.

Les chauffeurs de taxi estiment qu'en autorisant Uber et les autres applications de covoiturage partout dans la province, les permis de taxis ne vaudront plus rien.

Si les chauffeurs de taxi arrêtent de travailler parce que les revenus ne sont plus là, je ne suis pas sûr que le service va être meilleur

Stéphane Pilote, président, Taxis Unis Chicoutimi

Les gens ont mis leur maison pour acquérir un permis de 65 000 $ puis, des fois, il y en a un qui vient d'en acheter un depuis un mois ou deux. Quand il apprend que sa valeur tombe à zéro, la dette, elle reste-là, elle, illustre le propriétaire de deux permis chez Taxis Unis, Hugo Lapointe.

Une compensation mal reçue

Les travailleurs de l’industrie jugent ridicule la somme de 250 millions de dollars promise pour compenser les taxis. Une somme comparable à celle déjà versée par l'ancien gouvernement Couillard.

Nous, pour des permis de 70 000 $, on aura eu une compensation de 2000 $. Vous comprendrez que c'est des grenailles comparativement à la valeur des permis, explique Hugo Lapointe.

Les chauffeurs de taxi ne croient pas que les utilisateurs vont gagner au change. Ils estiment qu'il y aura des périodes creuses où il n'y aura plus de taxi sur les routes.

Cette grève prévue lundi n'est qu'une première étape pour contrer le projet de Loi sur la déréglementation du taxi au Québec. Les chauffeurs et propriétaires de permis ne veulent pas préciser pour l'instant quels sont les autres moyens de pression à venir.

Saguenay–Lac-St-Jean

Transports