•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un « désastre » pour les chauffeurs de taxi de l'Est-du-Québec

Le chauffeur de taxi Fernand Pouliot en train de conduire sa voiture
Un chauffeur de taxi Photo: Radio-Canada
Louis Lessard
Laurence Gallant

Les entreprises de taxi en région sont furieuses. Elles en ont contre le projet de loi qui n'exige plus d'être titulaire d'un permis officiel pour pratiquer le métier de chauffeur de taxi.

Dans ce contexte, les chauffeurs ne pourront plus vendre leur permis aux autres générations de chauffeurs.

Stéphane Dionne, de Taxi 800 à Rimouski, qualifie la situation de désastre pour la centaine de travailleurs de la compagnie et leur famille. Avec ce projet de loi qui prévoit une forte déréglementation de l'industrie du taxi et une régularisation des activités des entreprises comme Uber, tous leurs investissements seront perdus, dénonce-t-il.

Les 250 millions de dollars prévus dans le budget Legault sont loin de suffire pour compenser les pertes de 90 000 dollars en moyenne par détenteur de permis en région, selon les chauffeurs.

M. Dionne dénonce que la précédente mesure du gouvernement libéral ne prenait déjà pas en considération la réalité des régions éloignées par rapport à celles des grands centres.

Une enseigne de Taxi RimouskiUne enseigne de la coopérative Taxi 800 de Rimouski Photo : Radio-Canada

Le gouvernement Couillard avait annoncé une mesure de 250 millions de dollars en compensation, au mois d’août, mais elle s'est résumée à une compensation de 1000 dollars par permis, en région.

On est-tu des fantômes, nous autres?

Stéphane Dionne, directeur de Taxi 800

Stéphane Lebreux, le directeur des opérations de Taxi Porlier, s'inquiète aussi du modèle de taxi de type « citoyen » proposé par le gouvernement.

Une offre de services irrégulière, dit-il, qui aura des conséquences sur la sécurité des citoyens des régions qui doivent se rendre à l'hôpital.

Si, moi, je ne sors pas en région ce soir parce que je n'ai pas de monde ou parce qu'il ne fait pas beau et que le gars qui fait du Uber en région, ça ne lui tente pas de sortir! Qui va assurer la desserte des hôpitaux? Qui va assurer les bars?, se questionne M. Lebreux.

Les failles du réseau cellulaire

Le directeur des opérations de Taxi Porlier précise que l'absence d'un signal de réseau de cellulaire adéquat en région ne permet pas le déploiement d'un nouveau modèle de taxi basé sur un système de géolocalisation en temps réel.

La qualité du signal est mauvaise. […] Imagine-nous avec nos petits téléphones cellulaires ou nos tablettes? En plus, la base de données de Google dans nos régions, elle n'est pas adéquate, tu n’arriveras pas sur le spot, tu peux arriver 500 ou 600 mètres avant!

Stéphane Lebreux ajoute que la distance entre les municipalités et la faible densité de la population ne permettent pas l'arrivée de nouveaux joueurs en région.

Une grève générale des taxis est prévue lundi.

Bas-Saint-Laurent

Politique provinciale