•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

11 ex-militaires condamnés au Chili pour l'attaque contre Carmen Quintana

Carmen Quintana assiste en 2015 à un hommage pour le photographe Rodrigo Rojas à Santiago au Chili.
Carmen Quintana a survécu à l'attaque, avec des brûlures sur plus de 60 % du corps. Photo: The Associated Press / Luis Hidalgo
Radio-Canada

Onze ex-militaires ont été condamnés à des peines de 3 à 10 ans de prison pour le meurtre d'un photographe et la tentative de meurtre d'une étudiante, qui avaient été brûlés vifs lors d'une manifestation contre la dictature d'Augusto Pinochet en 1986.

Trois anciens officiers, Julio Castañer, Ivan Figueroa et Nelson Medina Galvez, reconnus comme les « auteurs de ces crimes », ont été condamnés à 10 ans de réclusion, selon le jugement rendu jeudi.

Les huit autres militaires ont été inculpés pour « complicité » et condamnés à trois ans de résidence surveillée.

Deux autres accusés ont été acquittés.

Selon le jugement, les militaires « ont aspergé les corps des deux jeunes avec de l'essence et [...] ont mis le feu, à la suite de quoi leurs vêtements ont brûlé, les deux personnes ont eu une partie significative de leur corps brûlée ».

Le photographe, Rodrigo Rojas, est mort quatre jours plus tard, tandis que Carmen Quintana a survécu à l'attaque avec des brûlures sur plus de 60 % du corps.

Au civil, l'État chilien devra indemniser la famille de Rodrigo Rojas et Carmen Quintana à hauteur de 910 000 $ CA.

À l'époque, l'affaire avait fait du bruit aux États-Unis, où vivait Rodrigo Rojas.

L'affaire avait aussi fait grand bruit au Québec, où Carmen Quintana a été transportée avec l'aide du diplomate canadien Christian Labelle. Elle a été soignée à Montréal, au Centre des grands brûlés du CHUM. Sa famille a trouvé refuge au Canada.

Son histoire a fait partie d'une exposition, en 2006, au Musée canadien pour les droits de la personne, intitulée Liberté d'expression en Amérique latine. Elle est retournée au Chili en 1988. Elle a beaucoup milité contre la dictature. Elle est revenue s'établir au Québec en 2011.

Il y a quatre ans, Washington a déclassifié des documents concernant la période de la dictature chilienne, dans lesquels il était indiqué que Augusto Pinochet avait couvert les responsables de la mort du photographe.

La dictature chilienne a causé la mort de plus de 3000 personnes. Quelque 38 000 autres ont été torturées, selon des estimations officielles. Augusto Pinochet est mort le 10 décembre 2006, sans jamais avoir été condamné.

Avec les informations de Agence France-Presse

Crimes de guerre

International