•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des partitions oubliées reprennent vie à Saskatoon

Photographie d'un jeune garçon avec un homme plus âgé portant des lunettes et un veston noir.
Johannes Dyring avec son grand-père Heinz Moehn. À sa mort en 1992, il laisse ses compositions à son petit-fils. Photo: Radio-Canada
Gabrielle Proulx

Un concerto pour violon de l'éditeur et compositeur allemand Heinz Moehn, oublié dans les tiroirs depuis une trentaine d'années, est tombé entre les mains d'un autre créateur. Le concerto a été interprété pour la première fois par le violoniste canadien de renommée internationale Timothy Chooi, en compagnie de l'Orchestre symphonique de Saskatoon.

Timothy Chooi, surnommé Le miracle, dit être vraiment honoré d’avoir été approché par l’Orchestre symphonique de Saskatoon pour jouer le concerto pour violon de Heinz Moehn, qui n’a jamais été interprété auparavant.

Un jeune garçon en veston avec un noeud papillon avec son violon, le soir, dans la rue. Le violoniste Timothy Chooi sera en concert à l'Orchestre symphonique de Saskatoon le samedi, 23 mars. Photo : Den Sweeney

Je crois [que le concerto] a une sorte de relation particulière avec les résidents de Saskatoon.

Timothy Chooi, violoniste

Le violoniste originaire de Victoria, en Colombie-Britannique, joue du violon depuis l’âge de trois ans.

À 24 ans, il pratique son art à la prestigieuse école de musique Juilliard à New York, et voyage partout dans le monde en compagnie de son Stradivarius.

Des partitions qui refont surface à Saskatoon

Un homme souriant avec un veston gris et une chemise blanche, assis sur une chaise dans le corridor de l'Université de la Saskatchewan.Johannes Dyring est le petit-fils de l'éditeur allemand Heinz Moehn. Photo : Radio-Canada

Johannes Dyring a quitté la Suède pour venir travailler à l’Université de la Saskatchewan en 2015.

Avec lui, il a apporté l’héritage musical de son grand-père, l’éditeur allemand Heinz Moehn.

Avant son décès en 1992, à l'âge de 90 ans, son grand-père était spécialisé dans l'édition de partitions de musique classique de grands compositeurs, comme Mozart.

Alors que tous les grands orchestres du monde ont joué son édition du Requiem de Mozart, personne ne savait qu'il était aussi un compositeur d'exception, jusqu'à maintenant.

Quand mon grand-père est mort, ma grand-mère m'a dit de garder son travail, sa musique. [...] Elle m'a dit de faire quelque chose de bien [avec cela].

Johannes Dyring, directeur d'Innovation Enterprise, Université de la Saskatchewan

Un travail de collaboration

Johannes Dyring a voulu donner un nouveau souffle au concerto pour violon composé par son grand-père.

À l’Université de la Saskatchewan, il rencontre Dean McNeil du département de musique, puis Mark Turner et Eric Paetkau de l'Orchestre symphonique de Saskatoon.

Ensemble, ils mettent sur pied un plan pour adapter le concerto pour violon.

Un homme avec les bras en mouvement portant un veston bleu marine dans un couloir de l'Université de la Saskatchewan. Erick Paetkau est le directeur musical de l'Orchestre symphonique de Saskatoon. Photo : Radio-Canada

Je veux juste explorer le tout. [...] Je suis un grand amateur de la musique d’aujourd’hui, mais j’adore aussi redécouvrir de vieilles compositions.

Erick Paetkau, directeur musical, Orchestre symphonique de Saskatoon

Heinz Moehn était un grand perfectionniste, raconte Johannes Dyring.

S’il était encore en vie, il aurait sans doute voulu apporter quelques changements à son concerto.

Il croit malgré tout que son grand-père aurait ressenti un bonheur tranquille et modeste [...] avec un grand sourire intérieur s'il avait su que son travail allait être interprété sur scène.

Saskatchewan

Musique classique