•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un programme d’éducation internationale qui manque de ressources en français

Plusieurs livres empilés dans une classe avec en arrière-plan des élèves.
Le Programme du diplôme de l’IB s’adresse aux élèves âgés de 16 à 19 ans. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le Programme du diplôme international, offert à la 11e et à la 12e année en Ontario, gagne en popularité. La formation enrichie est offerte dans 19 écoles en français dans la province. Mais les ressources pédagogiques dans la même langue se font rares. Dans certains cas, 80 % des ressources utilisées par les enseignants sont en anglais.

Un texte de Rose St-Pierre

On en a des échos depuis plusieurs années, explique Rémi Sabourin, président de l’Association des enseignants et enseignantes franco-ontariens (AEFO). Pour certaines matières dans le programme de l'IB [baccalauréat international], la tâche peut être beaucoup plus ardue pour les enseignants.

Selon les listes de ressources pédagogiques utilisées par les écoles qui offrent le diplôme international obtenues par Radio-Canada, les enseignants doivent composer avec du matériel majoritairement en anglais. Le problème se présente surtout pour les cours de science, de psychologie ou d’histoire où, dans certains cas, aucun manuel en français n’est répertorié.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier


À noter que le Conseil scolaire Monavenir, qui offre le Diplôme international, a pour sa part refusé de transmettre une liste de matériel.

C’est pourquoi, depuis plusieurs années, l’AEFO rencontre les enseignants qui voudraient faire partie du Programme de diplôme international. À l’AEFO, on fait des mises en garde par rapport au programme, ajoute Rémi Sabourin.

Les enseignants des divers conseils scolaires contactés par Radio-Canada ont confié à micro fermé passer des heures, voire leurs vacances estivales, à traduire des ressources d’enrichissement afin de remplir les exigences du programme du Baccalauréat International (IB). Plusieurs ont aussi mentionné le manque de collaboration entre les écoles qui offrent le programme dans le but de partager des ressources.

Ces professeurs ont choisi de nous parler sous le couvert de l'anonymat, car ils craignent de perdre leur emploi s'ils commentent publiquement la situation. Ces derniers n'ont pas été autorisés par leur conseil scolaire à parler aux médias.

Six conseils scolaires francophones offrent le Programme du diplôme international en Ontario. Les conseils scolaires des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) Providence et Viamonde ont refusé de nous mettre en contact avec les enseignants du programme. Le Conseil public du Grand Nord de l’Ontario (CSPGNO), lui, n’a pas répondu à notre demande.

Les enseignants reprochent aussi le manque de formation en français pour adapter leurs méthodes au programme. Selon le catalogue des ateliers et formations de l’IB, plus du tiers des formations offertes ne sont pas disponibles en français dans le cas du Programme du diplôme.

Les conseils scolaires se défendent

Une femme écrit des notes dans un cahier, un crayon à la main.Une enseignante corrige des devoirs. Photo : iStock

Le directeur du programme international à Viamonde, Jean-Pierre Michaud, affirme qu’il revient aux enseignants de choisir leurs outils pédagogiques, dans la langue qu’ils préfèrent.

Le Programme du diplôme ne prescrit pas d’outils, c’est un programme-cadre. [...] Si certains des enseignants disent utiliser ces outils-là [en anglais], ce n’est pas une consigne que nous donnons et ce n’est pas une consigne que l’IB donne non plus

Jean-Pierre Michaud, directeur du programme international à Viamonde

Selon une déclaration écrite transmise par le Conseil MonAvenir, ni l’IB ni la SÉBIQ, Société des écoles du monde du BI du Québec et de la francophonie qui regroupe les écoles francophones offrant le baccalauréat, n’imposent de ressources aux écoles. Les organismes proposent plutôt différentes ressources pédagogiques sans en exiger la traduction, peut-on lire dans la lettre du Conseil, qui a tout de même refusé de transmettre une liste du matériel utilisé.

L’IB fournit un guide matière avec la description des sujets à traiter, des exigences à fournir ou des preuves d’apprentissages et puis l’enseignant bâti son cours en fonction de ça, a pour sa part expliqué M. Michaud dans une entrevue téléphonique.

Mais du côté du Conseil scolaire du Grand Nord de l'Ontario, la directrice des communications, Carole Dubé, explique que le personnel enseignant fait la traduction en français de tous les manuels en anglais.

Le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario admet que les enseignants utilisent des manuels majoritairement en anglais pour préparer leurs cours. Ils traduisent ainsi certains volets de la matière, mais n’utilisent pas ces manuels avec leurs élèves, a déclaré Magali Hureau, administratrice des relations politiques et médiatiques pour le Conseil.

Selon cette dernière, des demandes ont été faites à la SÉBIQ pour produire du matériel en français.

Le cas québécois

Des étudiants du Cégep Garneau à Québec en train de consulter un ordinateur dans une aire communeDes étudiants du Cégep Garneau à Québec Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Le Programme du diplôme international est aussi offert au Québec, au Cégep Garneau à Québec et au Collège Brébeuf de Montréal.

L’enseignante de mathématiques au Cégep Garneau, Annie Jacques, dit connaître le même problème, du moins en partie. Pour certains cours, on peut utiliser certains manuels du régulier, mais de façon générale on crée nos notes de cours et nos exercices, explique l’enseignante et coordonnatrice du programme de Baccalauréat International.

Certains cours du diplôme international, comme le cours de gestion offert au Cégep Garneau, disposent d’un équivalent au cégep. Mais dans le cas des cours de psychologie, de théorie de la connaissance ou de culture, art et société (CAS) offerts en Ontario, aucun matériel appartenant au curriculum régulier ne peut être utilisé, puisque ces cours ne sont pas offerts.

Annie Jacques dit aussi avoir fait des démarches en prévision de la constitution d’un nouveau cours de mathématiques qui sera offert à la prochaine rentrée. On a demandé de traduire des manuels existants, mais on nous a dit qu’il n’y avait pas assez de demandes pour que ce soit rentable, même en format numérique, a précisé l’enseignante en entrevue au téléphone.

Établi en 1968, le Programme du diplôme de l’IB a été le tout premier programme proposé par l’organisation. Ce programme s’adresse aux élèves âgés de 16 à 19 ans.

En novembre 2018, le Programme était offert dans 3 293 établissements scolaires à travers 153 pays différents.

Windsor

Éducation