•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tourisme : le gouvernement Higgs veut permettre aux municipalités d'imposer une taxe

Les clients d'un hôtel étendus sur le lit de leur chambre.
Les changements législatifs déposés par Fredericton donneront le pouvoir aux municipalités d'imposer une taxe sur l'hébergement touristique. Photo: iStock
Radio-Canada

Le gouvernement de Blaine Higgs prend des mesures afin de permettre aux municipalités d'imposer une taxe sur les services d'hébergement touristique. Les municipalités francophones s'en réjouissent, mais avec des réserves.

Si les changements à la loi sur les gouvernements locaux présentés vendredi à l’Assemblée législative sont adoptés, les municipalités pourront imposer une taxe aux clients des hôtels et autres entreprises d’hébergement établies dans leur territoire.

Cette taxe financerait la promotion et le développement du tourisme à l’échelle locale, indique le gouvernement par voie de communiqué.

Le projet est bien accueilli au premier abord par le président de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, Luc Desjardins, qui est aussi maire du village de Petit-Rocher.

L’Association des municipalités francophones, on accueille ça favorablement. Ça fait un certain nombre d’années que certains de nos membres font cette demande-là, et on est content de voir que le gouvernement non seulement a accordé le pouvoir aux municipalités de le faire, mais accordé une très grande latitude sur les taux et la façon d’administrer cette taxe-là, affirme Luc Desjardins.

Luc Desjardins, maire de Petit-Rocher, dans son bureau.Luc Desjardins, maire de Petit-Rocher. Photo : Radio-Canada

Une approche fragmentée?

Le gouvernement propose de donner ce pouvoir aux municipalités quelques jours à peine après avoir imposé, dans son budget 2019-2020, une compression d’environ 10 millions de dollars au ministère du Tourisme, de la Culture et du Patrimoine. Luc Desjardins se pose certaines questions.

Je ne suis pas certain si c’est nécessairement la meilleure stratégie de ce côté-là puisque lorsque la province fait une intervention, elle peut établir des priorités, elle peut établir une vision provinciale de l’offre de service et de la publicité qu’on veut faire auprès de la clientèle touristique. Ici, si on le fait municipalité par municipalité, ça va peut-être fragmenter l’efficacité des campagnes publicitaires. Ça reste à voir, fait entendre M. Desjardins.

Une autre limite des changements législatifs proposés réside dans le fait qu'ils ne s'appliquent pas aux districts de services locaux (DSL), selon Luc Desjardins. Des propriétaires de lieux d'hébergement situés dans les municipalités pourraient s'en trouver désavantagés, selon lui, puisque la taxe d'hébergement qu'ils réclameraient rendrait leurs prix plus élevés que ceux de leurs concurrents des DSL

Un campeur sur l'île Salt Spring en Colombie-Britannique lit un livre entre sa tente et un feu de campUn campeur sur l'île Salt Spring en Colombie-Britannique Photo : Radio-Canada / Philippe Moulier

Un nouveau cadre fiscal global demandé

Ce système risque d'autre part d’être plus avantageux pour les municipalités qui comptent plus de services d’hébergement qu’elles peuvent taxer, souligne le président de l’AFMNB, qui privilégie une approche plus globale.

C’est l’une des demandes de l’Association depuis les dernières élections : c’est qu’il y ait une révision du cadre fiscal des municipalités qui soit faite dans son ensemble. C’est qu’on n’y va pas pièce par pièce, mais qu’on y va de façon globale de sorte de s’assurer qu’il n’y a pas d’effet domino et qu’il n’y a pas d’iniquité dans les mesures fiscales qui s’applique aux municipalités, explique Luc Desjardins.

Il croit malgré tout que ce nouveau pouvoir de taxation peut aider les municipalités. D’autres provinces canadiennes et États américains permettent déjà aux municipalités d’imposer une taxe de ce genre, ajoute Luc Desjardins. Donc, si nos [concurrents] le font et se servent de cet argent-là pour attirer des clientèles touristiques, pourquoi nous ce ne serait pas bon? J’ai l’impression que oui, ça pourra servir à mieux outiller si vous voulez.

Nouveau-Brunswick

Tourisme