•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Extraits des déclarations à la cour des familles des victimes de la tragédie des Broncos

Des patins, des fleurs, une cannette de bière et des croix sur le site de mémoire de l'accident d'autocar des Broncos de Humboldt
Le site en mémoire des victimes de l'accident d'autocar des Broncos de Humboldt Photo: Radio-Canada / Chanss Lagaden
La Presse canadienne

La camionneur Jaskirat Singh Sidhu a été condamné vendredi à 8 ans d'emprisonnement pour l'accident de l'autocar des Broncos de Humboldt qui a causé la mort de 16 personnes et en a blessé 13 autres le 6 avril 2018. Il avait plaidé coupable et avait présenté des excuses aux familles lors des audiences sur la détermination de la peine en janvier, des audiences marquées par des témoignages touchants des familles des victimes.

Voici quelques-uns de ces témoignages :

Marilyn Hay, la mère du présentateur Tyler Bieber, 29 ans, de Humboldt en Saskatchewan


« Lorsque j'ai reçu le dernier message de Tyler, à 15 h le 6 avril, il était dans le bus. Vous voyez, Tyler conduisait souvent et je lui demandais pourquoi il ne prenait pas le bus. Je pensais que c’était plus sécuritaire. Je me sens en partie coupable. »

« La dernière fois qu’il m’a dit : “Je t’aime maman. Passe une bonne journée”, c’était trois jours avant l’accident, lors de mon anniversaire le 3 avril. Mon anniversaire ne sera plus jamais pareil. »


Toby Boulet, le père du défenseur Logan Boulet, 21 ans, de Lethbridge en Alberta

« Je dois dire à M. Sidhu que je ne crois pas qu’il se soit réveillé le matin du 6 avril 2018 pour provoquer un accident qui a causé la perte de mon fils Logan. Je ne crois pas que M. Sidhu soit une personne foncièrement mauvaise qui n’éprouverait pas de remords. »

« Je crois qu’il éprouve un profond remords et qu’il souhaite de tout son être que cette tragédie ne se soit jamais produite. »

« Je crois que M. Sidhu souhaiterait pouvoir reprendre la journée le 6 avril. Je veux la même chose… Je veux recommencer le 6 avril. »


Tanya LaBelle, dont le fils avait tout d’abord été mal identifié en raison de la gravité de ses blessures

« C’est juste après avoir participé à une veillée que nous avons reçu l’appel que personne n’attendait plus et que pourtant on avait tant espéré.... Notre fils Xavier était en vie! Miraculeusement, il avait survécu à l’accident! »

« Il y avait une joie indescriptible, même si notre chagrin a continué. Nous avons rencontré la famille qui est restée aux côtés de Xavier, qui lui a tenu la main et qui l'a réconforté en attendant notre arrivée. Nous savons qu’elle s’occupait de lui comme d'un fils et nous en lui sommes reconnaissants. »

L’équipe des Broncos de Humboldt compte 24 joueurs originaires de l’ouest du Canada, âgés de 16 à 21 ans.Une collision entre un camion semi-remorque et l'autocar de l'équipe de hockey des Broncos de Humboldt a tué 16 personnes, dont plusieurs joueurs et l'entraîneur-chef, le 6 avril 2018. Photo : Twitter / Humboldt Broncos

Marilyn Cross, la mère de l’assistant-entraîneur Mark Cross, 27 ans, de Strasbourg en Saskatchewan

« M. Sidhu, j’ai de la peine pour vous aussi. Je ne suis pas sûre d’être prête à pardonner le choix que vous avez fait cette nuit tragique du 6 avril 2018. Mais je ne vous hais pas. »

« Quand je vous regarde, je vois un jeune homme, pas beaucoup plus âgé que notre fils Mark. J’ai de la peine pour la culpabilité que vous devrez porter le reste de vos jours. Je ne sais pas si vous êtes marié ou si vous avez des enfants, mais j’ai de la peine pour la perte que votre famille va subir. J’ai de la peine pour la perte de votre liberté et de votre avenir. Personne ne peut échapper à l’horreur de cette tragédie. »

« Dans le futur, j’espère que vous ferez de votre mieux pour avoir une vie productive en faisant du bien autour de vous, que vous rendrez le monde meilleur comme notre fils le faisait. »


Melissa Doerksen, la fille du chauffeur du bus, Glen Doerksen, 59 ans, de Carrot River en Saskatchewan.

« C’est difficile de décrire avec des mots les changements dans notre vie depuis le 6 avril 2018. Le chagrin constant, la tristesse, la solitude, le sentiment de vide causé par l’absence de papa est insupportable certains jours. »

« Nous progressons dans la recherche d’un sens et du pardon parce que c’est ce que mon père voudrait. »

Saskatchewan

Justice