•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Democracy Watch fustige le rapport du commissaire à l’intégrité de l’Ontario

Photo des deux hommes.
Doug Ford en compagnie de Ron Taverner à un gala en 2016. Photo: Facebook / Reena Foundation
Jean-François Morissette

Selon Democracy Watch, le commissaire à l'intégrité de l'Ontario est dans l'erreur dans les conclusions de son enquête sur la nomination de Ron Taverner à la tête de la Police provinciale de l'Ontario (PPO). Le groupe songe à se tourner vers les tribunaux afin de faire annuler le rapport du commissaire David Wake.

Selon le porte-parole du groupe, Duff Conacher, il s’agit de l’un des pires rapports d’un commissaire à l’intégrité qui aient été produits dans les 25 dernières années.

M. Conacher croit que les preuves sont accablantes contre le premier ministre et son chef de cabinet, Dean French.

Il y a été prouvé que M. Ford voulait donner un poste à son ami Ron Taverner avant le processus qui a mené à la nomination du nouveau commissaire et qu’il était en violation des règles, a-t-il expliqué en entrevue à Radio-Canada.

Mercredi, le commissaire à l'intégrité affirmait que le premier ministre Doug Ford n'avait pas enfreint la loi en nommant Ron Taverner à la tête de la PPO. Il a toutefois qualifié le processus de nomination d'« imparfait ».

Après des semaines de controverse, Ron Taverner a retiré sa candidature. Le gouvernement conservateur a alors annoncé la nomination de Thomas Carrique, chef adjoint de la police régionale de York, à la tête de la PPO.

Duff Conacher note que Democracy Watch étudie actuellement ses possibilités afin de se tourner vers les tribunaux pour faire annuler la décision du commissaire à l’intégrité de l’Ontario.

Nous voulons qu’un juge nous confirme que le commissaire à l’intégrité se trouve dans l’erreur et nous voulons démontrer que Doug Ford a enfreint la loi, a-t-il conclu.

Toronto

Politique provinciale