•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Métallos demandent aux députés de ne pas signer l’ACEUM

Cinq personnes pendant un point de presse
Les Métallos ont tenu un point de presse pour demander aux parlementaire de refuser de signer l'ACEUM. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le syndicat des Métallos a tenu un point de presse ce matin à Alma pour demander aux députés des différents partis politiques fédéraux de ne pas ratifier l'accord Canada-États-Unis-Mexique.

Ils souhaitent que les parlementaires fassent ainsi pression sur le gouvernement américain pour qu’il abandonne les tarifs imposés sur les importations d’acier et d’aluminium canadien.

Les Métallos entendent sensibiliser les différents partis politiques sur cette question en vue de la prochaine élection fédérale, qui doit avoir lieu en octobre.

On va demander à chaque chef de parti fédéral de se prononcer là-dessus, de se commettre et de dire qu’ils ne veulent pas signer l’entente de libre-échange tant et aussi longtemps que les tarifs ne sont pas levés, mentionne le directeur québécois des Métallos, Alain Croteau.

On va être fatigants, on va être tannants s’ils ne prennent pas la bonne décision. J’espère, j’ose croire et j’ai confiance qu’ils vont prendre la bonne décision.

Alexandre Fréchette, syndicat des travailleurs de l’aluminium d’Alma

Le directeur canadien des Métallos était aussi sur place pour porter ce message.

Projet d'usine interrompu

Le syndicat affirme par ailleurs qu’un important projet d’usine de billettes a été mis de côté à l’aluminerie d’Alma en raison de l’imposition de ces tarifs.

Comme vous le savez, Rio Tinto vient juste d’annoncer qu’ils mettaient sur la glace un projet d’expansion qui allait créer 50 emplois permanents, 400 emplois dans le monde de la construction, en raison de cette incertitude, affirme le directeur canadien des Métallos, Ken Neumann.

Saguenay–Lac-St-Jean

Industries