•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois générations mordues de ski de fond

Photo de la famille Bisson avec des dossards de bénévoles.
Le ski de fond est une affaire de famille pour les Bisson. Photo: Radio-Canada / Mireille Roberge
Mireille Roberge

L'univers du ski de fond n'a plus beaucoup de secrets pour la famille Bisson de Québec. Grands-parents, parents et petits-enfants partagent leur passion pour ce sport d'ailleurs à l'honneur cette fin de semaine avec la Coupe du monde de ski de fond sur les plaines d'Abraham.

C'est à la fin des années 60 que Francine et Yvon, maintenant fiers grands-parents, découvrent le ski de fond.

« On reculait plus qu'on avançait », se souvient Yvon Bisson en riant.

Mais rapidement, le couple peaufine sa technique, apprend les rudiments du fartage et accumule des centaines de kilomètres sur les pistes.

Et l'arrivée de ses trois filles, dans les années 70, ne changera rien à cette passion.

Christine, Estelle et Julie feront d'ailleurs leur marque dans le milieu.

« On voulait un sport familial, on ne voulait pas s'asseoir dans un aréna, on voulait que tout le monde participe et le ski de fond est un sport de famille », explique Francine, qui a été officielle aux épreuves de ski de fond lors des Jeux olympiques de Vancouver.

Les filles de la famille Bisson avec un dossard de bénévoleLes filles de la famille Bisson sont bien engagées dans l'univers du ski de fond Photo : Radio-Canada / Mireille Roberge

Des filles engagées

Les trois soeurs ont aujourd'hui une feuille de route bien garnie.

Avant de devenir l'entraîneuse du programme sport-études en ski de fond à l'École secondaire Cardinal-Roy, Christine a été une athlète du Centre national Pierre-Harvey.

Elle se rappelle avec fierté avoir battu la Canadienne Beckie Scott aux qualifications de l'épreuve du sprint des championnats canadiens.

Julie a pour sa part guidé un skieur malvoyant français lors des épreuves de Coupe du monde de ski paranordique en 2004.

Quant à Estelle, elle peut se vanter d'avoir été l'entraîneuse d'Alex Harvey sur les pistes du mont Sainte-Anne lorsqu’il avait de 10 à 12 ans.

Les Bisson regardent des skieurs sur les plaines d'AbrahamLes Bisson assistent à la Coupe du monde de ski de fond en tant que bénévoles Photo : Radio-Canada / Mireille Roberge

Bénévolat

Sans surprise, les membres de la famille font partie des 450 bénévoles impliqués dans la Coupe du monde de ski de fond présentée sur les plaines d'Abraham cette fin de semaine.

Depuis la première présentation de l'événement à Québec, en 2012, la famille Bisson met la main à la pâte. Yvon concentre son énergie sur les lignes d'arrivée et de départ, tandis que les filles assurent la bonne gestion des puces électroniques que portent les athlètes pour l'enregistrement des temps de passage.

« J'avais très hâte à la fin de semaine, car c'est la finale de la Coupe du monde et la fin de carrière d'un grand athlète, Alex Harvey. Je mettais presque une croix sur le calendrier », raconte Julie.

« Les émotions vont probablement venir en regardant comment lui va réagir au terme de toute cette carrière qui est très impressionnante », ajoute Estelle, accompagnée vendredi matin de sa fille Maélya, âgée de 9 ans, aussi fondeuse et bénévole!

Yvon est heureux de voir que ses trois filles ont transmis la passion du ski de fond à ses cinq petits-enfants.

« Alex finit sa carrière, mais mes filles sont là pour continuer », dit le grand-père, les yeux brillants.

Tous ces passionnés de ski suivront avec enthousiasme les finales de la Coupe du monde de ski de fond qui se déroulent jusqu’au 24 mars.

Les finales de sprint style libre se tiennent vendredi, le départ de masse style classique aura lieu samedi et la poursuite en style libre, dimanche.

Québec

Ski de fond