•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le suspect de la fusillade d'Utrecht reconnaît les faits

Les forces de l'ordre, cagoulées et armées, discutent avec les services d'urgence, en vêtements d'intervention jaune fluo.
La police et les services d'urgence sont réunis place du 24 octobre, à Utrecht, lors de la fusillade du 18 mars. Photo: AFP / Robin Van Lonkhuijsen
Radio-Canada

Le suspect, poursuivi pour homicides à des fins « terroristes » après une fusillade qui a fait trois morts lundi dans un tramway à Utrecht aux Pays-Bas, a avoué ses crimes lors de sa première comparution devant le juge.

« Le suspect âgé de 37 ans a avoué [vendredi matin] devant le juge d'instruction les infractions pénales qui avaient été retenues contre lui », a indiqué le ministère public dans un communiqué, ajoutant que le suspect avait déclaré avoir « agi seul ».

Le juge a ordonné le maintien en détention pour deux semaines supplémentaires de cet homme d'origine turque, Gökmen Tanis, qui ne peut communiquer qu'avec son avocat.

Le tireur présumé avait été arrêté lundi après sept heures de chasse à l’homme.

Il était déjà connu des services de police pour des affaires de droit commun. Il doit être jugé pour viol à partir de juillet, a été condamné pour détention illégale d'arme en 2014 et, ce mois-ci, pour vol à l'étalage et cambriolage.

Les trois personnes qui ont péri dans la fusillade sont une jeune femme de 19 ans et deux hommes âgés de 28 ans et 49 ans. Trois autres personnes, âgées de 20 à 74 ans, ont été grièvement blessées.

Cette fusillade est survenue trois jours après l'attaque de deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande, dans laquelle 50 personnes ont péri.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Europe

International